Vous recherchez une actualité
Actualités

CHIKUNGUNYA: La technique du moustique stérile pour leurrer des femelles infidèles

Actualité publiée il y a 8 années 2 semaines 8 heures
IRD-PLoS ONE

Le moustique tigre ou Aedes albopictus est responsable de la transmission du chikungunya et accessoirement de la dengue. Chez le « tigre », ce sont les femelles qui, piquant pour se nourrir et assurer le développement de leurs œufs, transmettent les virus aux hommes et aux animaux. Or, ces chercheurs de l’IRD qui publient dans la revue PloS ONE viennent de découvrir qu’une femelle peut subir plusieurs inséminations de mâles différents et qu’une même ponte peut donc être issue de pères différents. Bref, une infidélité qui légitime un peu plus, la technique de l’insecte stérile.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Alors qu'à ce jour, aucun vaccin ni traitement n'ont été mis au point, la seul stratégie contre le chikungunya reste la lutte anti-vectorielle. Une urgence de santé publique car si le chikungunya est Rarement mortel, il reste endémique en Asie, en Amérique du Sud et en Afrique. Les principaux symptômes du « Chik » sont la fièvre, les douleurs articulaires et des maux de tête.


Une femelle, plusieurs mâles, un mâle, 10 femelles…

Les chercheurs de l'Ird ont découvert que les femelles sont en réalité susceptibles d'avoir plusieurs inséminations de la part de plusieurs mâles, confirmant que les moustiques tigres mâles sont très sexuellement performants, capables de s'accoupler avec plus de 10 femelles en moyenne durant une période de plus de 14 jours d'activité sexuelle. Ainsi, une même ponte pourra être issue de pères différents.

Stériliser les moustiques mâles représente une alternative plus respectueuse de l'environnement que les pulvérisations d'insecticides. La méthode développée par l'IRD consiste à disperser ces mâles rendus inaptes à la fécondation par irradiation, afin de duper en quelque sorte les femelles, censées ne s'accoupler qu'une fois, avec ces individus infertiles. Cependant, il reste à optimiser l'efficacité de « la technique du mâle stérile » et à déterminer quelle quantité de mâles infertiles peut augmenter la probabilité qu'une femelle s'accouple avec l'un d'entre eux, sachant qu'un mâle infertile est moins attractif pour la femelle…

Autres actualités sur le même thème