Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉVELOPPEMENT: Chanter, plus que parler, apaise les bébés

Actualité publiée il y a 4 années 12 mois 4 jours
Infancy

Cette étude de l’Université de Montréal révèle que chanter est deux fois plus efficace, que parler, pour apaiser la « détresse » chez les bébés. Ainsi, des bébés stressés vont se calmer plus rapidement et rester calmes deux fois plus longtemps à l’écoute d’une chanson, vs une petite histoire. Conclusions dans la revue Infancy.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

De précédentes études ont évalué le rôle de la parole et du chant ou de la musique, sur l'attention des enfants, cette étude a regardé leur impact sur le contrôle émotionnel du petit enfant. L'auteur principal, le Pr Isabelle Peretz, du Centre de recherche sur le cerveau de l'UdeM explique que si le contrôle émotionnel est peu développé chez le nourrisson, l'écoute du chant ou de la musique peut contribuer à développer cette capacité.


Son étude menée sur une trentaine de nourrissons en bonne santé âgés de 6 à 9 mois, montre déjà, qu'au contraire des enfants plus âgés et des adultes qui vont manifester leur émotion, en tapant du pied et en marquant le rythme, les petits enfants sont incapables encore de synchroniser leur comportement avec la musique, en raison de l'absence de cette capacité physique et/ou mentale.

C'est ce que son étude a donc cherché à déterminer.

A l'écoute de la musique, les bébés ne se laisser emporter, montre l'étude, suggérant qu'ils détiennent déjà une capacité mentale à répondre par un comportement.

Les chercheurs ont recueilli toute une série de mesures pour s'assurer la réaction des enfants à la musique n'était pas été influencée par d'autres facteurs, comme, par exemple, en cas de chant, une sensibilité particulière à la voix de leur mère. La parole et le chant ont été testés en turc ( !) de sorte de présenter à l'enfant un langage non familier. Les bébés n'étaient exposés à aucun autre stimulus. Enfin, les parents étaient assis derrière leur bébé, de manière à ne pas les influencer.

Les chercheurs ont passé différents enregistrements jusqu'à ce que les enfants adoptent une expression dite « de détresse », avec les sourcils baissés, le coin des lèvres tiré, la bouche étirée et les pommettes relevées.

- Puis les auteurs leur ont passé une chanson, les enfants sont restés calmes en moyenne, environ 9 minutes.

- A l'écoute d'une histoire, les enfants restaient calmes un peu plus de 4 minutes.

Les chercheurs aboutissent enfin aux mêmes conclusions lorsqu'ils exposent un ensemble différent de nourrissons à des enregistrements de mères chantant des chansons dans une langue familière.

Bref, l'écoute d'une chanson permet de plonger le nourrisson dans un état positif et de calmer sa détresse. Des résultats qui confirment l'importance de la musique, même à très jeune âge, dans le développement et le contrôle émotionnel. N'a-t-on pas déjà écrit que les bébés sont déjà mélomanes in utero ?

Source: Infancy September 22, 2015 DOI: 10.1111/infa.12114 Singing Delays the Onset of Infant Distress

Lire aussi: NEURO: La musique inspire aussi le cerveau –

DÉVELOPPEMENT: La pratique musicale à l'enfance retarde le déclin cognitif –

DÉVELOPPEMENT: Les bébés déjà mélomanes in utero –

Autres actualités sur le même thème