Vous recherchez une actualité
Actualités

DMLA: Cibler une composante inflammatoire pour prévenir sa progression

Actualité publiée il y a 7 années 6 mois 2 semaines
Nature Medicine

Les scientifiques du Trinity College de Dublin ont découvert qu'une partie du système immunitaire appelé l'inflammasome est impliquée dans la régulation du développement de l'une des formes les plus courantes de cécité, la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Contrôler ce complexe protéique inflammatoire, appelé IL-18, en cas de DMLA, pourrait prévenir le développement de la maladie. Cette étude, soutenue par l’American Health Assistance Foundation (AHAF) est publiée dans l’édition du 8 avril de la revue Nature Medicine.

La DMLA entraîne la perte de la vision centrale et, dans sa forme avancée, rend impossible la lecture, la télévision, le cinéma, ou le travail sur ordinateur. La principale caractéristique du diagnostic de la DMLA est la présence de dépôts blanchâtres dans la région centrale de la rétine appelée macula. La DMLA sèche est caractérisée par la présence de quantités excessives de ces dépôts et il n'existe actuellement aucun traitement à part des changements de mode de vie pour réduire des facteurs évitables comme le tabagisme. Cependant, un nombre important de cas de forme sèche de DMLA peut progresser vers la forme dite humide dans laquelle les vaisseaux sanguins situés en dessous de la rétine commencent à se développer, conduisant à la cécité centrale. Les scientifiques du Trinity College, les Dr Sarah Doyle et Matthew Campbell ont découvert que ces dépôts accumulés dans la macula conduisent à la production de deux composantes inflammatoires appelés IL-1beta et IL-18 : « Alors qu'en général, l'inflammation de la rétine, voire de l'œil n'est pas bénéfique et est une caractéristique pathologique de nombreuses maladies oculaires, dont la DMLA, nous avons identifié que la composante inflammatoire IL-18 agit comme un anti- facteur angiogénique, pour prévenir la progression de la DMLA humide », explique le Dr Campbell.


Le passage de la DMLA de forme sèche à humide serait donc médiée par cette composante inflammatoire IL-18. Les chercheurs expliquent en effet que leurs résultats suggèrent que le contrôle direct ou l'augmentation des niveaux d'IL-18 dans les rétines des patients atteints de DMLA de forme sèche empêcherait le développement de la forme humide de la maladie.

Source: Nature Medicine (2012) doi:10.1038/nm.2717 Published online 08 April 2012 « NLRP3 has a protective role in age-related macular degeneration through the induction of IL-18 by drusen components” (visuels NIH)

Accéder aux dernières actualités sur la DMLA

Autres actualités sur le même thème