Vous recherchez une actualité
Actualités

GROSSESSE et ANTIDÉPRESSEURS: Le risque de prématurité confirmé

Actualité publiée il y a 5 années 6 mois 3 semaines
PLoS ONE

Pas d’impact sur la croissance de l’enfant avait conclu une première étude et pas de risque accru de décès pour l’enfant, avait conclu une seconde étude. Cette troisième étude, publiée dans la revue PLoS ONE suggère néanmoins un effet néfaste des médicaments antidépresseurs pris durant la grossesse: une augmentation du taux de naissances prématurées. Ainsi, si les antidépresseurs doivent être évités par les femmes enceintes, c’est autant que possible et en l'absence d'un besoin clinique évident. Il ne s’agit pas en effet d’ignorer l’effet néfaste de la dépression elle-même sur la santé de la mère et du nourrisson.

Les chercheurs de l'hôpital Brigham and Women de l'Université Vanderbilt, du MetroWest Medical Center et du Tufts Medical Center rappellent à la fois la hausse de l'incidence de la prématurité et des taux d'utilisation des antidépresseurs pendant la grossesse, multipliés par 4 ces 20 dernières années. Les chercheurs ont donc mené une revue systématique et une méta-analyse de 41 études publiées sur le sujet.


L'analyse conclut à l'association entre l'utilisation des antidépresseurs pendant la grossesse et la prématurité avec des complications qui ne semblent pas être liées à la dépression maternelle mais très probablement aux médicaments, précise le Dr Reesha Shah Sanghani de l'Université Vanderbilt, co-auteur de l'étude. Et l'association s'avère plus forte avec une utilisation dans le troisième trimestre de grossesse, ainsi :

· Le risque de prématurité est accru de 53% avec l'utilisation d'antidépresseurs au cours de la grossesse,

· et jusqu'à 96%, pour une utilisation au cours du 3ème trimestre de la grossesse.

· Sur la base des études ayant pris en compte les trimestres d'utilisation, l'analyse ne constate pas d'augmentation du risque avec une utilisation au cours du 1er trimestre de grossesse.

Mais la question du traitement de la dépression pendant la grossesse est complexePlusieurs des études analysées ici montrent une augmentation du taux de naissances prématurées avec les antidépresseurs. (…) cependant, il est important de garder à l'esprit que la question du traitement de la dépression pendant la grossesse est complexe et qu'il y a de nombreux facteurs à prendre en compte », ajoute le Dr Adam Urato, du Tufts Medical Center, auteur principal de l'étude.

En effet, l'effet néfaste de la dépression elle-même sur la santé de la mère et du nourrisson est également à prendre en compte. Tout comme le taux de rechute des femmes qui cessent de prendre des antidépresseurs lors de la conception de l'enfant. Ainsi, la dépression et le stress prénatal ont été liés à la prématurité et au faible poids à la naissance, à un risque augmenté pour l'enfant de maladie cardio-vasculaire et d'obésité, le stress chronique lui-même augmentant le risque de dépression post-partum.

En conclusion, si ces médicaments peuvent être nécessaires chez certaines femmes enceintes souffrant de dépression sévère, pour beaucoup d'autres, des traitements alternatifs, non médicamenteux, comme la psychothérapie, peuvent suffire, sans porter le risque de complications comme la prématurité.

Source: PLoS ONE March 26, 2014 DOI: 10.1371/journal.pone.0092778

Preterm birth and antidepressant medication use during pregnancy: A systematic review and meta-analysis

Pour en savoir plus sur les Antidépresseurs

Lire aussi : GROSSESSE et ANTIDÉPRESSEURS: Pas d'impact sur la croissance de l'enfant

ANTIDÉPRESSEURS pendant la grossesse: Pas de risque accru de décès de l'enfant -

Autres actualités sur le même thème