Vous recherchez une actualité
Actualités

HERPÈS génital: GSK fait un pas vers le vaccin

Actualité publiée il y a 8 années 10 mois 3 semaines
NEJM

Cette recherche financée par les NIH, en collaboration avec GSK et publiée dans le New England Journal of Medicine marque une grande étape vers un vaccin contre l'herpès génital. En effet, ce vaccin expérimental, testé sur 8.000 femmes est parvenu à réduire de 58% les infections par l'un des deux types de virus simplex qui causent l'herpès génital, le HSV-1.

Il n'existe actuellement aucun remède ou vaccin pour empêcher l'herpès génital, qui touche environ 25% des femmes des pays développés et est l'une des maladies génitales les plus courantes et les plus transmissibles. Après infection au HSV, le virus est rémanent. Il peut être responsable de graves maladies neurologiques et de décès chez les nourrissons nés de femmes infectées. Enfin, le HSV est un facteur de risque de transmission du VIH.


Nous avons résolu la moitié de l'équation, explique en substance l'auteur principal, le Dr. Robert Belshe, directeur du Saint Louis University Center for Vaccine Development. Le vaccin s'est avéré majoritairement efficace dans la prévention de l'herpès simplex virus de type 1 (HSV-1) en réduisant de 58% le nombre de cas chez les femmes vaccinées, mais ne protège pas les femmes de l'herpès simplex virus de type 2 (HSV-2).

Herpès buccal et herpès génital : Les deux simplex virus HSV-1 et HSV-2 sont des membres de la famille des herpès virus. HSV-2 provoque des lésions et des cloques dans la région génitale. HSV-1 provoque généralement des plaies dans la bouche et des lèvres, mais est de plus en plus fréquemment identifiés dans les lésions génitales, probablement parce que plus de couples ont des relations sexuelles orales, expliquent les auteurs. HSV-1 et HSV-2 sont transmis par contact direct, de bouche à bouche, de la bouche aux organes génitaux et des organes génitaux aux organes génitaux - même lorsque la personne infectée ne présente aucun symptôme.

L'étude a été menée auprès de 8.323 femmes âgées de 18 à 30 ans, de 50 sites des États-Unis et du Canada, sans infection à HSV-1 ou HSV-2 au début de l'étude. Les participantes du groupe vacciné ont reçu 3 doses du vaccin expérimental développé par GSK et ont été suivies pendant 20 mois, avec tests sanguins réguliers, puis examinées pour détection de l'herpès génital. Les chercheurs constatent une protection significative contre l'herpès génital HSV-1. "On ne s'attendait pas à une protection contre un type d'herpès simplex virus et pas un autre », explique le Dr. Belshe. Mais HSV-1 serait plus sensible aux anticorps que HSV-2.

Des vaccins expérimentaux ont déjà montré leur efficacité contre l'herpès génital chez les femmes non infectées par HSV-1 ou HSV-2, mais dont les partenaires sexuels ont l'herpès génital. Ces résultats confirment la validité de la démarche scientifique, mais sur une population différente de femmes.

Source: N Engl J Med 2012; 366:34-43January 5, 2012 Efficacy Results of a Trial of a Herpes Simplex Vaccine (Visuels CDC: Herpès simplex virus)

Autres actualités sur le même thème