Vous recherchez une actualité
Actualités

HERPÈS: Le virus qui reste embusqué jusqu'à la première poussée

Actualité publiée il y a 5 années 1 mois 3 jours
PloS ONE

3,7 milliards ou 67% de la population mondiale de moins de 50 ans, porte le virus Herpes simplex de type 1 (HSV-1). Car l’herpès est une infection qui « s’attrape » pour la vie et seule l’analyse de sang, par détection d’anticorps anti-HSV-1 ou anti-HSV-2 permet de la diagnostiquer. Porter le virus est donc majoritairement asymptomatique, et le transmettre tout autant. Cependant, l’infection mène, selon le type, soit à l’herpès labial, soit à l’herpès génital. Ces données rappelées par l’Organisation mondiale de la Santé et publiées dans la revue PloS ONE, appellent à mieux informer sur le virus et à accélérer la recherche sur le développement d’un vaccin ou d’un mode de prévention efficace, sous forme de virucide par exemple.

Ces 2 tiers de la population infectés par le virus Herpes simplex de type 1, c'est une menace importante de diffusion de l'infection génitale associée au type HSV-1 tout autant qu'au type 2. Et face à cette expansion de prévalence de ces infections, il n'existe encore aucun traitement curatif ou permanent pour les deux types de virus Herpes simplex.


Ce qu'il faut savoir sur les 2 virus :

Les 2 types de virus de l'herpès HSV-1 et HSV-2 sont très contagieux et incurables.

· Le HSV-1 se transmet

- principalement par contact muqueux et provoque l'herpès orofacial/labial, ou «bouton de fièvre» autour de la bouche,

- également lors des rapports bucco-génitaux et entraîne alors l'herpès génital. 140 millions de personnes âgées de 15 à 49 ans présentent une infection génitale à HSV-1.

· Le HSV-2 se transmet par voie sexuelle lors des contacts cutanés et il provoque l'herpès génital. 417 millions de personnes âgées de 15 à 49 ans ont une infection à HSV-2, responsable de l'herpès génital.

Quels sont les symptômes ?

L'herpès entraîne souvent peu ou pas de symptômes, les symptômes pouvant ne pas être reconnus. Leur « apparition » prend la forme d'une ou plusieurs lésions vésiculaires ou ulcères génitaux ou anaux, traitables par antiviraux mais à risque élevé de récidives. La maladie a alors un impact important sur bien-être psychologique et social.

La transmission du virus de l'herpès est le plus souvent tout autant asymptomatique.

Ces symptômes sont généralement plus sévères chez les personnes vivant avec le VIH, les rechutes également plus fréquentes.

Un demi-milliard de personnes dans le monde présente une infection génitale due soit au HSV-1, soit au HSV-2. En Europe, cela concerne 207 millions de femmes (soit un taux de prévalence de 69%) et 187 millions d'hommes (61%). En Afrique, 350 millions de femmes (87%) et 355 millions d'hommes (87%). Chaque année, en Europe, 35 millions de nouveaux cas sont diagnostiqués.

Mieux informer sur les deux types d'herpès, mieux suivre l'évolution épidémiologique des infections à Herpes simplex, développer des vaccins contre les virus de l'herpès et des microbicides est aujourd'hui une priorité, concluent les auteurs de l'OMS.

Autres actualités sur le même thème