Vous recherchez une actualité
Actualités

Journée mondiale du REIN: Tous responsables face à la maladie

Actualité publiée il y a 4 années 6 mois 2 semaines
ERA-EDTA

L'insuffisance rénale chronique (IRC) est l'une des 3 causes de décès qui augmentent le plus dans le monde. Cependant, son incidence n’est pas répartie de façon homogène. En amont de la Journée mondiale du rein, célébrée le 12 mars, l’European Renal Association – European Dialysis and Transplant Association identifie, à travers plusieurs études, les zones d’incidence la plus élevée, et aboutit à des communautés ou des quartiers, dont la caractéristique commune est d’être plus défavorisés. Nous ne sommes donc pas tous égaux face à la maladie, cependant nous avons tous les mêmes facteurs modifiables.


IRC et quartier d'habitation : L'étude « bretonne » a analysé les données de tous les patients adultes vivant en Bretagne ayant qui débuté une thérapie de remplacement rénal (hémofiltrations) sur la période 2004-2009. L'étude identifie un groupe à risque élevé dans la région Bretagne ouest. Elle, montre, en géolocalisant l'adresse du domicile des patients que la localisation et les caractéristiques du quartier expliquent une grande partie de la distribution spatiale de l'incidence de l'insuffisance rénale terminale, au-delà de facteurs comme l'âge et le sexe.

Ces résultats sont conformes à ceux d'études précédentes qui documentent le caractère social de la maladie rénale. Ainsi, une précédente britannique qui concluait que si l'âge était un facteur déterminant dans l'incidence de l'insuffisance rénale terminale, l'origine ethnique et le niveau socio-économique sont des facteurs associés fortement au risque.

Des résultats qui soutiennent le message de la Journée mondiale du rein, célébrée le 12 Mars prochain et axée sur l'IRC chez les populations défavorisées.

Au-delà, que peut-on faire pour ses reins ? La Journée mondiale est là pour rappeler quelques mesures simples pour réduire le risque de développer une maladie du rein.

· Bouger et pratiquer une activité physique, permet notamment de contrôler sa pression artérielle et donc de réduire le risque de maladie rénale chronique,

· Contrôler régulièrement sa glycémie permet de prévenir les lésions rénales. Environ la moitié des personnes qui ont le diabète vont subir des dommages aux reins, il est donc important pour les personnes atteintes de diabète de s'auto-surveiller avec régularité.

· Surveiller sa pression artérielle et, le cas échéant, adopter des modifications de mode de vie pour la faire baisser : l'hypertension artérielle peut entraîner un accident vasculaire cérébral ou cardiaque, c'est aussi la cause la plus fréquente de lésions rénales.

· Maintenir un poids de santé, c'est prévenir le diabète, les maladies cardiaques et d'autres conditions associées à la maladie rénale chronique.

· Réduire sa consommation de sel,

· Maintenir un apport hydrique suffisant, soit, environ, 1,5 à 2 litres d'eau par jour.

· Ne pas fumer car fumer ralentit la circulation du sang vers les reins.

· Ne pas trop « s'automédiquer » : certains médicaments couramment utilisés tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont connus pour causer des dommages aux reins.

· Enfin, faites évaluer votre fonction rénale en cas de facteurs de risque élevé (diabète, HTA, obésité, histoire familiale ou appartenance ethnique).

Autres actualités sur le même thème