Vous recherchez une actualité
Actualités

L'ÉVANOUISSEMENT, une prédisposition familiale?

Actualité publiée il y a 7 années 3 mois 1 semaine
Neurology

25% d’entre nous s’évanouiront au moins une fois dans leur vie. Cette étude internationale, menée par des chercheurs australiens, sur des jumeaux, montre que l'évanouissement -ou syncope vasovagale- touche 2 "vrais" jumeaux plus souvent qu'il ne touche des jumeaux dizygotes, ce qui suggère l’influence de facteurs génétiques dans l'évanouissement. Des conclusions mi-facteurs génétiques, mi-facteurs environnementaux, publiées dans l'édition du 7 août de la revue Neurology.

Dans l'ensemble, l'étude suggère que l'évanouissement est lié à la fois à des facteurs génétiques et environnementaux. La syncope vasovagale qui affecte environ 25% des personnes au moins une fois dans leur vie est liée à une courte interruption de l'apport d'oxygène au cerveau qui se traduit par une brève perte de conscience. Cela est souvent le résultat d'une baisse du rythme cardiaque et de la pression artérielle en réponse à des facteurs déclenchants externes, tels que rester debout trop longtemps, la chaleur, la déshydratation ou encore une expérience désagréable, comme la vue du sang. Peu de mesures peuvent être prises pour arrêter l'évanouissement, et de lui-même, l'évanouissement n'est pas nécessairement nuisible.


Les chercheurs de l'Université de Melbourne (Australie) et de l'Université de Marburg (Allemagne) ont souhaité préciser le rôle des facteurs génétiques dans ce type d'évanouissement auprès de 57 paires de jumeaux du même sexe dont 36 paires de vrais jumeaux. Tous les jumeaux ont été interrogés individuellement par téléphone par questionnaire standardisé sur ce type d'évanouissement sur les facteurs possibles, les premiers symptômes, la récupération et les antécédents familiaux d'évanouissement mais aussi d'événements cardiaques et de mort subite. Ils ont confirmé un événement de syncope chez au moins l'un des jumeaux de 50 des paires, 47 adultes et 3 enfants de moins de 18 ans. Ils constatent que,

· les jumeaux monozygotes ont tendance à être victimes tous les deux d'évanouissement(s),

· en particulier quand il s'agit d'évanouissements sévères,

· en en réponse à des facteurs déclenchants courants,

· au moins deux fois et sans rapport avec un facteur déclenchant externe.

Le poids des facteurs génétiques, selon les familles : Chez 12 des 19 des paires de jumeaux qui ont subi tous deux des évanouissements, les parents s'avèrent, curieusement, pas du tout ou parfois, pour certains victimes d'évanouissements. Chez 7 de ces paires, d'autres membres proches de la famille étaient affectés. Le fait que plusieurs membres de la famille soient touchés dans certaines familles suggère que la génétique pourrait jouer un rôle plus important dans ces familles que dans d'autres. Des résultats qui vont dans le sens de la pertinence des facteurs génétiques dans l'évanouissement, qu'il soit déclenché par des événements externes ou qu'il se produise plus fréquemment et de manière indépendante. Mais ces facteurs génétiques apparaissent, chez la majorité des victimes, moins pertinents que les facteurs déclenchants courants. La syncope, résument les chercheurs, est le fruit d'un spectre de facteurs, d'un côté génétiques et de l'autre, environnementaux.

Source: Neurology online August 7, 2012 doi: 10.1212/WNL.0b013e3182635789 Evidence for genetic factors in vasovagal syncope - A twin-family study (Visuels NHS)

Lire aussi: SYNCOPES : Un centre d'expertise unique en France

Autres actualités sur le même thème