Vous recherchez une actualité
Actualités

L'OBÉSITÉ infantile liée aux PHTALATES présents dans les produits de soin

Actualité publiée il y a 7 années 9 mois 2 jours
Environmental Research

Des chercheurs du Centre de la santé environnementale des enfants du Mount Sinai Medical Center (New York) viennent d’identifier une association entre l’exposition aux phtalates et l'obésité chez les jeunes enfants. Cette étude, la première à examiner la relation entre l'exposition aux phtalates et l'obésité infantile, financée par le National Institute for Environmental Health Sciences (NIEHS), the National Cancer Institute, and the U.S. Environmental Protection Agency est publiée dans l’édition en ligne du 4 janvier de la revue Environmental Research. 97% des petits newyorkais testés présentaient des phtalates dans leurs urines...

Les phtalates, rappellent les auteurs, sont des perturbateurs endocriniens qui peuvent imiter certaines fonctions des hormones naturelles du corps. Ils sont couramment utilisés dans les revêtements de sol et muraux en plastique, certains matériaux transformation des aliments, appareils médicaux, et …produits de soins personnels. Alors que la mauvaise alimentation et l'inactivité physique sont des facteurs de base de risque connus de l'obésité, un nombre croissant de recherches suggère que les produits chimiques présents dans l'environnement – dont les phtalates - pourraient jouer un rôle dans la croissance des taux d'obésité infantile.


Ces chercheurs newyorkais ont mesuré les concentrations de phtalates dans les urines de 387 enfants noirs et hispaniques de New York, et ont relevé l'IMC, la taille et le tour de taille de ces enfants un an plus tard. Les tests d'urine révèlent que plus de 97% des petits participants avaient été exposés à des phtalates présents habituellement dans les produits de soins d'hygiène tels que les parfums, lotions et autres produits cosmétiques ou encore médicaments ou suppléments nutritionnels. Les phtalates identifiés comprenaient le phtalate de monoéthylique (MEP) et d'autres phtalates de faible pids moléculaire.

L'équipe a également trouvé une association entre les concentrations de ces phtalates et l'IMC et le tour de taille chez les enfants en surpoids. Par exemple, l'IMC chez les filles en surpoids avec la plus grande exposition au MEP s'avère 10% plus élevé que chez celles qui ont subi l'exposition la plus faible au MEP.

«La recherche montre que l'exposition à ces produits chimiques au quotidien peut altérer le développement neurologique dans l'enfance, mais c'est la première preuve scientifique de sa contribution à l'obésité infantile", commente l'auteur de l'étude, le Pr. Susan Teitelbaum, professeur agrégé au Département de médecine préventive de la Mount Sinai School of Medicine. «Cette étude souligne aussi l'importance de réduire l'exposition à ces produits chimiques autant que cela est possible." Ce type d'étude a d'autant plus d'impact aux Etats-Unis, que le taux d'obésité infantile atteint près de 40% chez les enfants âgés de 6 à 11 ans (alors qu'en France, 3,5 % des enfants présentent une obésité et 14,5 % un surpoids).

L'équipe de chercheurs va poursuivre ses recherches pour mieux évaluer encore l'impact de ces produits chimiques sur l'obésité infantile.

Source: Environmental Research doi.org/10.1016/j.envres.2011.12.006, Associations between phthalate metabolite urinary concentrations and body size measures in New York City children

Accéder aux dernières actualités sur les phtalates

Lire aussi : Des PHTALATES identifiés dans plus de 100 médicaments et compléments alimentaires

Accéder à toutes les actualités sur l'Obésité

Accéder à notre dossier Obésité de l'enfant (1/6) (Santé log Petite Enfance-)- Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Autres actualités sur le même thème