Vous recherchez une actualité
Actualités

MÉMOIRE: Comment la perdre et…la retrouver?

Actualité publiée il y a 9 années 1 semaine 22 heures
Nature

En testant différents médicaments sur 6 singes d'âges différents, ces chercheurs de Yale sont parvenus à “rajeunir” la mémoire des plus anciens ou du moins à stabiliser le déclin cognitif lié à l’âge. Ils nous expliquent comment la mémoire est perdue puis pourrait être retrouvée et pourquoi, parfois, nous sommes incapables de retrouver…nos clés. Cette étude publiée dans l’édition du 27 juillet de la revue Nature montre que les réseaux de neurones dans le cerveau à un âge moyen ou plus avancé ont des connexions et des activations plus faibles que chez les jeunes, en raison de l’accumulation, à des niveaux excessifs, d'une molécule de signalisation appelée AMPc. Mais, comme le suggère cette recherche, ce phénomène pourrait être réversible.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

“Les déclins cognitifs liés à l'âge peuvent avoir un impact sérieux sur nos vies à l'ère de l'information rapide qui nécessite des fonctions cognitives supérieures pour répondre aux besoins les plus élémentaires, comme payer ses factures ou accéder à des soins médicaux", explique Amy Arnsten, professeur de neurobiologie et de psychologie et membre de l'Institut Kavli des neurosciences. «Ces capacités sont essentielles pour rester capable de vivre de façon autonome au fur et à mesure que nous vieillissons."


Quand les gens vieillissent, ils ont tendance à oublier des choses plus souvent et sont plus facilement distraits et perturbés par des “interférences” et trouvent plus de difficultés dans les fonctions d'exécution. Bien que ces déficits liés à l'âge sont connus depuis de nombreuses années, le mécanisme cellulaire de ces difficultés cognitives courantes n'est pas bien compris. Cette nouvelle étude a examiné pour la première fois les changements liés à l'âge, dans l'activité des neurones dans le cortex préfrontal (CPF), la zone du cerveau responsable de fonctions cognitives d'exécution.

Les réseaux de neurones dans le cortex préfrontal générent des signaux en permanence pour garder l'information «en tête», même en l'absence de nouvelles information de la part de l'environnement. Ce processus appelé «mémoire de travail» nous permet de nous rappeler l'information de court terme, comme l'endroit où nous avons laissé nos clés de voiture. Cette mémoire de travail est essentielle pour les fonctions exécutives et multitâches ainsi que pour l'organisation ou l'inhibition des pensées. Amy Arnsten et son équipe ont étudié les signaux des neurones du cortex préfrontal chez de jeunes animaux, d'âge moyen ou plus âgés alors qu'ils effectuent une tâche liée à la mémoire de travail. Les neurones dans le cortex préfrontal des jeunes animaux sont capables de maintenir une activation neuronale à rythme élevé, alors que les neurones des animaux plus âgés montrent des taux plus lents. Si les chercheurs “ajustent” l'environnement neurochimique autour des neurones de manière à les rendre plus semblables à celui d'un jeune sujet, le taux de décharges neuronales est restauré à des niveaux plus élevés.

L'espoir de la guanfacine: Le vieillissement entrainerait l'accumulation, à des niveaux excessifs, d'une molécule de signalisation appelée AMPc, qui peut élargir les canaux ioniques et affaiblir les décharges neuronales. Les agents qui permettent d'inhiber ou de bloquer AMPc permettent de restaurer le taux de décharges neuronales. La guanfacine, un antihypertenseur déjà approuvé pour le traitement de l'hypertension chez l'adulte et du syndrome de déficit fonctionnel préfrontal chez l'enfant, pourrait être testé également, chez les personnes âgées. Les chercheurs sont déjà passés au stade clinique avec un essai mené à Yale pour tester la capacité de la guanfacine pour améliorer la mémoire de travail et les fonctions d'exécution chez les sujets âgés sans maladie d'Alzheimer ou autres démences.