Vous recherchez une actualité
Actualités

MÉMOIRE: Les nouveaux neurones chassent les vieux souvenirs

Actualité publiée il y a 5 années 4 mois 5 jours
Science

Depuis longtemps les scientifiques se demandent si la naissance de nouveaux neurones est à l’origine de l’«amnésie infantile ». Cette étude canadienne montre que la neurogenèse pourrait réorganiser les connexions cérébrales, effaçant nos vieux souvenirs pendant le processus. Ces travaux, présentés dans la revue Science contribuent à expliquer pourquoi il est si difficile de se rappeler des souvenirs de la petite enfance.

Le processus est continu, expliquent ces chercheurs de l'Hospital for Sick Children de Toronto avec leurs collègues de l'Université de Toronto et de l'Université Health Fujita (Japon) et sans cesse, tout au long de la vie, de nouveaux neurones sont intégrés dans l'hippocampe du cerveau. Ils montrent sur la souris, des cobayes et de petits rongeurs appelés octodons, la corrélation entre la génération de nouveaux neurones et l'oubli. Le processus de neurogenèse a clairement été décrit dans l'hippocampe des rongeurs comme des humains depuis plus de 20 ans et certaines études ont montré que favoriser la neurogenèse dans l'hippocampe chez l'animal favorisait aussi l'apprentissage. Ici, les chercheurs se sont demandé comment l'intégration de nouveaux neurones pouvait affecter des données existantes comme les souvenirs.


Les chercheurs ont formé des souris à craindre un environnement particulier avec de petits chocs électriques. Ainsi, chaque fois que les chercheurs replaçaient la souris dans cet environnement, ils étaient en mesure d'évaluer dans quelle mesure la souris s'en souvenait. Certains chercheurs ont ensuite donné accès à ces souris à des roues d'exercice, l'exercice étant connu pour stimuler la neurogenèse. Quelques semaines plus tard, ces souris entraînées, replacées dans l'environnement de départ ont largement oublié leur peur. Lorsque les chercheurs ralentissent la neurogenèse à l'aide d'un médicament, ils constatent, qu'au contraire, les souris conservent une meilleure mémoire de leurs veux souvenirs. Des résultats identiques sont obtenus chez le cobaye et l'octodon.

Les nouveaux souvenirs chassent les vieux souvenirs ? Des résultats qui suggèrent que l'oubli est un effet de la formation de nouveaux souvenirs.

«C'est encore de la spéculation à ce stade », commente l'un des auteurs, « mais oublier peut aussi être une bonne chose. Faire le plein de souvenirs inutiles ou mélanger de vieux souvenirs avec de nouveaux n'est pas forcément souhaitable ».

L'équipe suggère que les souvenirs que l'on rappelle fréquemment sont en quelque sorte consolidés à long terme, tandis les détails banals pourraient être relégués sur des voies neuronales en constante évolution…

Une récente étude datait précisément cette amnésie de l'enfance et suggérait des conclusions similaires, à savoir que les souvenirs qui perdurent le plus longtemps sont les plus marquants, donc ceux qui sont stockés avec plus d'informations.

Source: Science 9 May 2014 DOI: 10.1126/science.1248903 Hippocampal Neurogenesis Regulates Forgetting During Adulthood and Infancy

Lire aussi: MÉMOIRE: Jusqu'à quel âge remontent nos souvenirs d'enfance? (Regarder la vidéo)

Pour en savoir plus sur la Mémoire

Autres actualités sur le même thème