Vous recherchez une actualité
Actualités

MÉNOPAUSE: Les troubles de la mémoire sont normaux et transitoires

Actualité publiée il y a 5 années 11 mois 2 semaines
Menopause

Les problèmes de mémoire que rencontrent de nombreuses femmes à la quarantaine et à la cinquantaine à l’approche de la ménopause sont réels et plus aiguës au cours de la première période de la ménopause, explique cette étude de l'Université de Rochester, publiée dans l’édition du é janvier de la revue Menopause de la North American Menopause Society. Rien que de très normal et un état transitoire, rassurent les auteurs.

« Les femmes qui passent par cette période de transition ménopausique se plaignent depuis longtemps de difficultés cognitives telles que des troubles de mémoire ou des difficultés avec des tâches mentales normalement de routine », explique le Pr Miriam Weber, neuropsychologue à l'Université de Rochester et principal auteur de l'étude qui confirme avec son étude la réalité de ces problèmes sur 117 femmes. Ces participantes ont passé une série de tests pour évaluer leurs capacités cognitives, leurs symptômes tels que les bouffées de chaleur, des troubles du sommeil, la dépression et l'anxiété ont été pris en compte et un prélèvement sanguin a permis de mesurer leurs niveaux d'œstrogène. Les résultats ont été analysés afin de déterminer si les différences de capacité cognitive étaient liées à des symptômes de la ménopause.


A quelle période, ces troubles cognitifs sont les plus aigus? Les participantes se situaient soit en période de fin de reproduction, en début et fin de période de transition ménopausique –une période qui peut durer plusieurs années-, et après la ménopause précoce (dans l'année qui suit). La période de la fin de reproduction a été définie avec des changements dans la quantité ou la durée des périodes menstruelles, mais avec encore des cycles menstruels réguliers.

Les chercheurs constatent que,

· les femmes à un stade précoce de la ménopause ont de moins bons résultats sur les mesures de l'apprentissage verbal, la mémoire verbale et des habiletés motrices fines que les femmes dans les stades avancés de transition et de fin de reproduction,

· les symptômes auto-déclarés comme les troubles du sommeil, la dépression et l'anxiété n'ont pas de lien avec les problèmes de mémoire,

· ces symptômes problèmes n'ont pas pu être associés à des changements spécifiques de niveaux d'hormones.

Le déclin cognitif pendant la période de transition est donc un processus indépendant qui n'est pas lié aux autres symptômes de la ménopause, concluent les auteurs, qui sont moins « tranchés » sur l'effet des niveaux d'hormones, « dont les fluctuations pourraient jouer un rôle dans les troubles de la mémoire rencontrés par de nombreuses femmes », écrivent-ils. En effet, le processus d'apprentissage de nouvelles informations est une fonction associée à l'hippocampe et au cortex préfrontal, des régions du cerveau riches en récepteurs aux œstrogènes.

En identifiant la période durant laquelle les femmes sont les plus vulnérables sur le plan cognitif, c'est-à-dire cette période qui suit juste la ménopause, les auteurs souhaitent avant tout rassurer les femmes et confirment que ces problèmes sont normaux et, selon toute vraisemblance, temporaires.

Source: Menopause 2 January 2013 doi: 10.1097/gme.0b013e31827655e5 Cognition in perimenopause: the effect of transition stage (Visuel © Ana Blazic Pavlovic - Fotolia.com)

Accéder aux dernières actualités sur la Ménopause

Lire aussi : MÉNOPAUSE: Vous avez la mémoire qui flanche, c'est normal! -

Autres actualités sur le même thème

Pages