Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: Et si 2 hormones et quelques neurones régulaient notre adiposité

Actualité publiée il y a 5 années 2 mois 1 semaine
Cell

Toujours cette piste de la graisse brune, poursuivie par cette équipe de la Monash University. L’étude révèle l'action de 2 hormones naturelles, qui pourraient conduire à une thérapie efficace de perte de poids et de prévention de l'obésité par la promotion de la conversion de la graisse blanche en graisse brune. Les résultats, publiés dans la revue Cell, apportent une nouvelle vision sur la façon dont le cerveau régule la graisse corporelle.

Rappelons que le tissu brun est formé de cellules adipeuses brunes, qui peuvent générer de la chaleur, sans activité musculaire, et qui sont donc capables de brûler de l'énergie à un rythme rapide et de déclencher la combustion de la graisse corporelle, dans un processus appelé thermogenèse. En raison de cette consommation accélérée d'énergie, le tissu adipeux brun est donc l'objet de recherches toujours plus nombreuses de nouveaux traitements contre l'obésité. Les chercheurs de l'Université Monash révèlent, avec ces travaux, un mécanisme moléculaire qui dépend de l'action combinée de deux hormones - la leptine, une hormone «coupe-faim », dite « hormone de la satiété » générée dans les cellules adipeuses, et l'insuline, produite dans le pancréas en réponse à la hausse des niveaux de glucose dans le sang. La recherche montre que les 2 hormones agissent de concert sur un groupe de neurones, les neurones à pro-opiomélanocortine (POMC) du cerveau, déjà impliqués dans « la voie de l'appétit », pour stimuler la combustion des graisses du corps via le système nerveux. Des conclusions qui confirment celles d'une précédente étude publiée dans le Journal of Clinical Investigation.


L'auteur principal, le professeur Tony Tiganis, du Département de biochimie et de biologie moléculaire de la Monash, n'en est pas à sa premmière recherche. Dans une étude publiée en 2011 dans la revue Cell Metabolism, il décryptait le mécanisme de développement de la résistance à l'hormone leptine, un facteur clé de développement de l'obésité. Il explique, aujourd'hui que les hormones, leptine et insuline « apportent au cerveau une vision complète de la graisse du corps, la leptine parce que produite par les cellules adipeuses apporte une vision des réserves existantes, et l'insuline parce que les niveaux de glucose augmentent lorsque nous mangeons, des réserves à venir.

Ici, l'équipe de recherche montre que la leptine et l'insuline interagissent avec les neurones POMC dans l'hypothalamus du cerveau, les contraignant à envoyer des signaux pour convertir la graisse blanche en graisse brune. Ce processus contribuant à éliminer l'excès de graisse.

Des enzymes inhibitrices : En laboratoire, les chercheurs montrent que ce processus est régulé dans ces neurones POMC par des enzymes « phosphatases », qui inhibent les actions de chacune des hormones. Lorsque les niveaux de ces enzymes sont réduits, la combustion des graisses augmente. Ce processus fondamental destiné, normalement, à maintenir le poids corporel, une fois déréglé, induit l'obésité.

Des enzymes cibles ! En ciblant ces 2 enzymes, les chercheurs pensent tenir une approche permettant de convertir la graisse blanche en tissu adipeux brun. Avec une application clinique certes « encore loin ».

Source: Cell January 15, 2015 DOI: org/10.1016/j.cell.2014.12.022 Leptin and Insulin Act on POMC Neurons to Promote the Browning of White Fat

Lire aussi : OBÉSITÉ: L'hormone de la graisse brune qui protège contre les calories

OBÉSITÉ: Sur la piste de l'enzyme de la graisse brune

OBÉSITÉ: La protéine qui accélère la combustion des graisses

OBÉSITÉ: Transformer les adipocytes blancs en adipocytes bruns pour brûler les graisses

Accéder à nos dossiers

Obésité de l'enfant (1/6)
Troubles du comportement alimentaire
Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Autres actualités sur le même thème