Vous recherchez une actualité
Actualités

PERTURBATEURS ENDOCRINIENS: En France, leur charge sanitaire atteint 4 milliards par an

Actualité publiée il y a 6 années 5 mois 2 semaines
HEAL

Troubles et cancers hormono-dépendants, diabète, obésité et infertilité, des milliards dépensés en lien avec ces maladies et leurs conséquences seraient économisés, avec une politique européenne de réduction des expositions à ces produits chimiques. « Il est maintenant temps pour l’UE d’agir », alerte HEAL, une organisation européenne à but non lucratif de défense de l’environnement.

Personne ne connaissait la contribution exacte de l'exposition aux perturbateurs endocriniens dans le coût global des maladies chroniques. Cette première estimation de l'Health and Environment Alliance (HEAL) avec ce rapport « Health costs in the EU - How much is related to EDCs?” dénonce l'impactmonstrueux de ces substances, présentes dans de nombreux produits du quotidien comme les détergents, matières plastiques, cosmétiques ou médicaments, textiles, peintures et conditionnements alimentaires. Ainsi, 31 milliards d'euros c'est l'enveloppe des dépenses de santé dans l'Union européenne, liées aux expositions à ces substances chimiques d synthèse.


Notre Q.I. serait aussi impacté : Les experts ont ici précisé la liste des maladies et troubles identifiés associés aux expositions puis ont chiffré les dépenses de santé en lien direct avec ces pathologies. Les effets documentés sont nombreux : troubles de la reproduction et de la fertilité, baisse de la qualité du sperme, malformations de l'appareil reproducteur chez le petit garçon, telles qu'hypospadias ou cryptorchidie, cancers du sein, de la prostate, des testicules, troubles du développement de l'enfant, tels qu'autisme et troubles du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH), obésité et diabète. Des pathologies qui connaissent une augmentation rapide. L'exemple par excellence est le cancer de la prostate, en augmentation partout en Europe ou encore le cancer du sein, en particulier dans les pays du Sud et de l'Est. La prévalence élevée de l'autisme et du TDAH est devenue alarmante.

Certes, seule une partie des coûts liés aux troubles hormono-dépendants peut être attribuée aux perturbateurs endocriniens. D'autres facteurs génétiques et environnementaux, liés au mode de vie interviennent aussi, cependant la charge environnementale des maladies liée aux produits chimiques pèse lourd et reste sous-estimée en raison du manque de données.

Avec une contribution aux troubles hormonodépendants de 5% seulement affectée aux perturbateurs endocriniens, le coût équivalent estimé s'élève à 31 milliards d'euros par an pour l'UE.

Une part de l'augmentation des taux de pathologies hormono-dépendantes en Europe est également liée à l'augmentation de l'exposition aux substances chimiques.

Et en France ? Le coût des pathologies hormono-dépendantes, indépendamment des facteurs de risque associés s'élèverait 82 milliards par an. En affectant seulement 5% de ce total aux perturbateurs endocriniens, le coût de l'exposition atteint près de 4 milliards par an.

Bien évidemment, les effets de long terme ne sont pas tous visibles tout de suite, et certaines pathologies n'étant pas encore identifiées, les coûts annoncés ici sont probablement très sous-estimés. Les auteurs estiment globalement à 636 milliards d'euros par an, le coût total des pathologies hormonaux-dépendantes en Europe. Si l'Europe a déjà fait évoluer sa réglementation pour réduire les expositions (REACH), si un calendrier permettant d'identifier puis de remplacer les perturbateurs par des alternatives plus sûres est à l'ordre du jour, une nouvelle stratégie de lutte contre les perturbateurs endocriniens se fait attendre. Les données scientifiques s'accumulent, le temps passe, « les populations payent l'addition ».

Source: The Health and Environment Alliance (HEAL) Health costs in the EU - How much is related to EDCs?

Pour en savoir plus sur les Perturbateurs endocriniens

Autres actualités sur le même thème