Vous recherchez une actualité
Actualités

SOMMEIL: La couleur de vos nuits affecte vos humeurs

Actualité publiée il y a 6 années 3 mois 1 semaine
The Journal of Neuroscience

De nombreuses études ont démontré l’influence de la lumière artificielle, la nuit, sur notre horloge biologique et même mis en accusation les effets sur notre rythme circadien, de la lumière bleue des écrans. Cette étude de l’Ohio State University va plus loin en évaluant les effets de la couleur de l’éclairage nocturne, de la lumière qui reste allumée, la nuit, ou de la lampe de chevet, sur notre humeur. Ces conclusions, publiées dans l’édition du 7 août du Journal of Neuroscience, révèlent que la lumière rouge est peu néfaste, au contraire de la lumière bleue.

La couleur de la lumière nocturne peut donc expliquer des différences d'humeur significatives, selon cette recherche sur les hamsters. Exposés à une lumière rouge la nuit, ils présentent significativement moins de symptômes et de changements cérébraux associés à la dépression, par rapport à des hamsters exposés à la lumière bleue ou blanche. En fait, les hamsters qui présentent les meilleurs comportements, sans trouble de l'humeur, sont ceux qui ont bénéficié de l'obscurité totale durant la nuit.


« Noir », rouge, bleue et blanche : Sa recherche a porté sur le rôle des cellules photosensibles spécialisées de la rétine qui ne jouent pas un rôle majeur dans la vision, mais détectent la lumière et adressent des messages à une zone du cerveau qui contribue à réguler l'horloge circadienne. D'autres recherches ont déjà suggéré que ces cellules sensibles à la lumière envoient également des signaux à des zones cérébrales impliquées dans l'humeur et de l'émotion. L'équipe montre que les cellules photosensibles ne réagissent pas à la lumière de différentes longueurs d'ondes de la même façon et que la lumière nocturne, et selon sa couleur, modifie l'activité de certaines zones du cerveau qui reçoivent ces signaux pendant des périodes de la journée où elles ne devraient pas. Ces cellules sont plus sensibles aux longueurs d'ondes de la lumière bleue et moins sensibles à la lumière rouges.

L'activité de l'hippocampe affecté par la lumière : Lorsque les chercheurs examinent, dans les différentes conditions l'hippocampe du cerveau des hamsters, ceux qui ont passé la nuit avec une lumière bleue ou blanche présentent une densité réduite des épines dendritiques –qui adressent des signaux chimiques d'une cellule cérébrale à l'autre- par rapport à ceux qui ont passé la nuit dans l'obscurité totale ou à la lumière rouge. Encore une fois, une faible densité des épines dendritiques a déjà été liée à la dépression.

Et le travail de nuit ? Des implications importantes possibles, aussi pour les humains, et toujours pour les personnes qui travaillent de nuit, rappelle Randy Nelson, co-auteur de l'étude et professeur de neurologie et de psychologie à l'Ohio State University. « Si nous pouvions utiliser la lumière rouge », ajoute-t-il, « pour le travail de nuit, nous pourrions éviter un certain nombre d'effets négatifs sur la santé par rapport à la lumière blanche... ».

Les chercheurs suggèrent que ces résultats s'appliqueraient également aux humains et recommandent tout simplement : « Si vous avez besoin d'un éclairage la nuit dans la salle de bain ou la chambre, il préférable d'opter pour la lumière rouge plutôt que la lumière blanche ».

Source: The Journal of Neuroscience via Ohio State University What Color is Your Night Light? It May Affect Your Mood (Visuel © topdeq - Fotolia.com)

Lire aussi : SOMMEIL: Ces lumières d'écrans qui envahissent nos nuits

RYTHME CIRCADIEN: La lumière des tablettes perturbe l'hormone du sommeil -

Autres actualités sur le même thème