Vous recherchez une actualité
Actualités

SYNDROME du CÔLON IRRITABLE: Et si on tentait une psychothérapie ?

Actualité publiée il y a 3 années 9 mois 2 semaines
Clinical Gastroenterology and Hepatology

Cette étude de l’Université Vanderbilt examine l'effet des thérapies psychologiques sur les symptômes gastro-intestinaux du syndrome du côlon irritable. L’étude révèle l’efficacité de ces thérapies à redonner aux patients la capacité à aller travailler ou à poursuivre leurs activités du quotidien, avec un effet bénéfique jusqu’à 6 à 12 mois après la fin de la thérapie.

Le syndrome du côlon irritable (SCI) est encore mal compris, bien qu'il touche un très grand nombre de personnes avec des symptômes handicapants comme la diarrhée, la constipation, des douleurs abdominales et des ballonnements. Cette altération du transit intestinal touche en effet environ 20% de la population occidentale. Si pendant longtemps ce syndrome a été perçu comme une condition essentiellement psychologique, plus récemment une étude, présentée au Gut Microbiota for Health World Summit 2014, a montré que le syndrome était lié à des modifications clairement détectables du microbiote intestinal. Le syndrome du côlon irritable apparaît ainsi comme un excellent exemple de condition ou le corps et l'esprit sont liés.


Cette méta-analyse de 41 essais cliniques menés dans différents pays, et sur un total de 2.290 participants, confirme l'efficacité des thérapies psychologiques pour réduire les symptômes du syndrome du côlon irritable à moyen et à plus long terme.

· Les participants du groupe « thérapies » bénéficient d'une réduction de 69% de la sévérité des symptômes immédiatement après le traitement.

· En moyenne, les participants du groupe « thérapies » bénéficient d'une plus forte réduction de leurs symptômes gastro-intestinaux après la thérapie que 75% des témoins.

· Cet effet bénéfique perdure à 6 et 12 mois.

Un cercle vicieux que le traitement psychologique peut briser : en effet, le résultat le plus frappant de l'analyse est la poursuite du bénéfice certes modéré, mais sur le long terme. Un point important puisque que le syndrome du côlon irritable est une maladie chronique, intermittente et pour laquelle il n'existe pas de traitement médical définitif. Les auteurs expliquent que les symptômes gastro-intestinaux peuvent accroître le stress et l'anxiété, ce qui peut, à son tour, augmenter la sévérité des symptômes.

Mais quelles thérapies ? Différentes thérapies psychologiques se révèlent efficaces, et au même degré, dont la thérapie cognitive, la relaxation et l'hypnose. La durée de la thérapie soit le nombre de sessions semble également n'avoir qu'une importance marginale…Les thérapies dispensées en ligne semblent être tout aussi efficaces que celles menées en présence du patient.

Autres actualités sur le même thème