Vous recherchez une actualité
Actualités

TABAC : Et si arrêter de fumer vous donnait meilleur caractère ?

Actualité publiée il y a 8 années 3 mois 17 heures
Nicotine and Tobacco Research

« Je sais que fumer est mauvais pour moi, mais je vais le faire quand même… » C’est ce que pourraient dire beaucoup de jeunes fumeurs et dans cette affirmation, il y a déjà un peu des conclusions de cette étude. Ces chercheurs du Missouri qui se sont attaqués aux effets possibles du tabagisme sur notre psychologie suggèrent en effet que le tabagisme est généralement associé à l'impulsivité et à la névrose. Mais le plus surprenant est que l’arrêt du tabac entraînerait aussi une amélioration de la personnalité sur ces deux aspects.

C'est un étudiant au doctorat et un professeur de psychologie de l'Université du Missouri, qui viennent de parvenir à cette conclusion, arrêter la cigarette c'est aussi, bon pour le caractère. «Les données indiquent que pour certains jeunes adultes, fumer n'est qu'une impulsion», explique l'auteur. «Les jeunes de 18 ans agissent sans prévoir et favorisent la récompense immédiate plutôt que la prise en compte de conséquences négatives à long terme". Nous avons constaté que les sujets les moins impulsifs sont aussi les plus enclins à arrêter la cigarette. Si nous pouvons cibler nos efforts de lutte contre le tabagisme sur l'impulsivité, nous pourrons contribuer à l'arrêt du tabac chez les jeunes."


Impulsivité et névrose, 2 traits de caractère des jeunes fumeurs : Ces chercheurs ont comparé des personnes, jeunes, âgées de 18-35, qui fumait avec d'autres, qui avaient arrêté de fumer. Ils constatent que les personnes fumeuses ont deux traits de personnalité spécifiques, plus marqués à l'âge adulte, l'impulsivité et la névrose ou l'anxiété. Non seulement des niveaux plus élevés d'impulsivité et de névrose « prédisposent » aux comportements à risque, comme le tabagisme, mais de fumer réduit l'impulsivité et la névrose.

Plus tard dans la vie, précisent les chercheurs, les motivations semblent différentes, l'habitude, la dépendance, la perte de contrôle et plus indépendantes des traits de personnalité.

Cette étude, centrée sur l'usage du tabac doit contribuer à une recherche plus large en cours sur la relation entre personnalité et toxicomanie qui vient d'être co-financée par les National Institutes of Health (NIH).

Source: Nicotine and Tobacco Research "Smoking Desistance and Personality Change in Emerging and Young Adulthood" et University of Missouri (Visuel Piotr Marcinski- Fotolia) )

Lire aussi: TABAGISME PASSIF: La nicotine monte au cerveau même avec un tout petit peu de fumée -

Autres actualités sur le même thème