Vous recherchez une actualité
Actualités

Une GROSSESSE difficile annonce une vie difficile pour l'Enfant

Actualité publiée il y a 6 années 12 mois 41 min
Journal of Child Psychology and Psychiatry

Difficultés financières, problèmes d’usage de drogue ou de consommation d'alcool, troubles de santé mentale, une grossesse difficile, stressée, angoissée, aura des répercussions sur le bébé dans l'utérus, conclut à nouveau cette large étude qui s’est attardée sur un effet spécifique, l’augmentation du risque d’intimidation pour l’enfant. Si ces conclusions, publiées dans l’édition du 2 novembre du Journal of Child Psychology and Psychiatry aboutissent à une association significative entre grossesse difficile et victimisation de l’enfant plus tard dans l’enfance, elles ne montrent pas une relation de causalité systématique du stress de la mère à la vulnérabilité de l’enfant et laissent espérer que des interventions de professionnels qualifiés auprès des familles les plus vulnérables puissent prévenir ce risque.

Ces chercheurs des Universités de Warwick et de Bristol voulaient regarder comment l'adversité d'une mère de famille durant sa grossesse, causée par des problèmes financiers par exemple, ou d'éventuels problèmes de santé mentale, étaient associés à un risque pour l'enfant, de vulnérabilité et d'intimidation aux âges de 7 à 10 ans. Ils ont utilisé une échelle validée de stress « de la vie » (Le Family Adversity Index) incluant des facteurs comme des difficultés financières, des problèmes de consommation de drogue et d'alcool ou les « épisodes » de criminalité. Leurs données sont issues de l'étude de cohorte AVON (Longitudinal Study of Parents and Children (ALSPAC) birth cohort) qui visait à examiner si le stress pendant la grossesse augmente la probabilité de l'enfant d'être victime d'intimidation. Leur analyse porte sur 8.829 enfants qui ont subi au moins 4 évaluations distinctes sur leur éventuelle victimisation par un autre enfant, un parent ou un enseignant.


L'adversité familiale pendant la grossesse augmente le risque de victimisation de l'enfant : Les auteurs constatent à la lecture des rapports portant sur l'enfant, ses parents ou émanant des enseignants, que l'adversité familiale pendant la grossesse augmente le risque de l'enfant d'être victime d'intimidation Même après ajustement, l'adversité familiale sévère pendant la grossesse, mais aussi les troubles maternels de santé mentale sont associés à un risque significativement accru d'intimidation. La santé mentale de la mère et l'adversité familiale augmentent le risque d'une parentalité inadaptée dont la maltraitance sur l'enfant, le conflit avec le partenaire, ce qui augmente de façon indépendante le risque de victimisation de l'enfant.

Les chercheurs suggèrent que les services sociaux et de santé devraient cibler leurs soins et leur soutien vers les familles vivant dans des conditions défavorables ou à problèmes de santé mentale. En se concentrant sur les enfants les plus vulnérables, ces équipes pourraient contribuer à prévenir un grand nombre de brimades et, plus tard dans la vie, de problèmes de santé.

Source: The Journal of Child Psychology and Psychiatry DOI: 10.1111/jcpp.12012 2 NOV 2012 Prenatal family adversity and maternal mental health and vulnerability to peer victimisation at school (Visuel © fasphotographic - Fotolia.com)

Lire aussi:

GROSSESSE: Le stress de la mère peut faire l'asthme et l'eczéma de l'Enfant

GROSSESSE: Et si la dépression de la mère impactait le cerveau de l'Enfant? -

Autres actualités sur le même thème