Vous recherchez une actualité
Actualités

ALZHEIMER : L'exercice physique peut-il tenir la démence à distance ?

Actualité publiée il y a 10 années 8 mois 2 semaines
PNAS

Exercice physique et santé mentale est un sujet souvent débattu mais suffisamment important pour retransmettre les nouvelles données scientifiques qui pourraient aller dans le sens d’un report de la démence. Un exercice physique léger mais régulier, à l'âge mûr, peut-il contribuer à améliorer la mémoire et peut-il conjurer le début de la démence ? Eh bien, si l’exercice physique permet une légère augmentation de la taille de l'hippocampe, une région du cerveau liée à la mémoire, son effet sur les capacités cognitives reste encore à démontrer. Selon cette étude menée par des chercheurs de plusieurs universités américaines, financée par le National Institute on Aging (NIH) et publiée dans l’édition du 31 janvier des Comptes-rendus de l’Académie des sciences américaine (Proceedings of the National Academy of Sciences-PNAS).

Cette étude a été menée chez 120 personnes âgées de 55 à 80 ans, randomisés pour le groupe exercice physique (40 mn, 3 fois par semaine) ou le groupe témoin, avec comparaison de la taille de l'hippocampe à l'IRM et mesure de leur capacité de mémoire par des tests, avant et après une année de pratique d'exercice physique léger comme le yoga, par exemple. Le groupe « exercice physique » a montré une légère augmentation en volume de l'hippocampe par rapport au groupe témoin, qui lui, a montré de légères baisses en volume.


L'hippocampe diminue en effet, vers la fin de l'âge adulte, conduisant à une altération de la mémoire et un risque accru de démence. Le volume de l'hippocampe est associé à la forme physique, et des efforts sont actuellement déployés pour trouver des stratégies pour prévenir l'hippocampe de se contracter. Cependant, ces différences de taille de l'hippocampe ne traduisent pas obligatoirement des différences dans les facultés de mémoire. Bien que les capacités cognitives du groupe « exercice » se soient s'améliorées avec le temps et l'exercice, les améliorations n'ont pas été significativement différentes de celles du groupe témoin, qui a montré, aussi, de petites améliorations.

Principaux résultats à 1 an :

· L'IRM montre que les personnes dans le groupe exercice présentent une augmentation de la taille de l'hippocampe (de 2,12% dans l'hippocampe gauche et 1,97% dans la droite), alors que dans le groupe témoin, la taille de l'hippocampe a diminué de 1,40% et 1,43% respectivement.

· La plupart de l'augmentation de taille a eu lieu dans la partie antérieure (avant) de l'hippocampe, impliquée dans la mémoire spatiale, avec des changements minimes de la taille dans la région postérieure ou d'autres régions du cerveau.

· Le groupe exercice a amélioré ses niveaux de condition physique, avec une amélioration de 7,78% de consommation maximale d'oxygène (VO2 max appelée), comparativement à une amélioration de 1,11% dans le groupe témoin.

· Il n'y a aucune différence significative dans l'amélioration de la mémoire entre les deux groupes.

· Dans le groupe exercice, l'augmentation de volume de l'hippocampe a été tout de même associée à une amélioration des tests de mémoire par rapport au début de l'étude.

Cette étude révèle que l'introduction d'un exercice d'intensité modérée pendant un an conduit à une augmentation de la taille d'un espace dans leur cerveau associé à la mémoire à long terme (hippocampe postérieur). Mais ces différences dans la taille des zones du cerveau concernées ne se sont pas traduites par des différences significatives dans les facultés de mémoire des 2 groupes.

Des résultats en contradiction avec les conclusions d'une récente méta-analyse publiée dans le Journal of Internal Medicine(1). Mais les chercheurs se « rattrapent »: « Toutefois, une bonne condition physique est associée à de nombreux autres bienfaits physiques et mentaux à tous les âges de la vie ».

Source: PNAS2011, January 31doi: 10.1073/pnas.1015950108 Exercise training increases size of hippocampus and improves memory, (1)Journal of Internal Medicine 269; 107–117 Physical activity and risk of cognitive decline: a meta-analysis of prospective studies, traduction, adaptation, mise en ligne, Claire Tancrède, Santé log, le 5 février 2011 (Visuels NIA-NIH)

Lire aussi : DÉCLIN COGNITIF: L'Exercice physique, même léger, protège le cerveau

Accéder à l'Espace Neuro, Géronto