Vous recherchez une actualité
Actualités

ATTENTION: Un groupe de neurones très concentrés

Actualité publiée il y a 5 années 7 mois 2 jours
Neuron

Et si notre capacité d'attention puis de concentration dépendait du bon fonctionnement d’un réseau de neurones spécialisé? C’est ce que suggère cette étude de l’Université McGill. La découverte de ce réseau, localisé dans le cortex préfrontal latéral et capable de filtrer rapidement l'information visuelle et d’ignorer les distractions pourrait avoir des conséquences importantes pour la prise en charge des personnes atteintes de troubles sévères comme l'autisme, le TDAH et la schizophrénie.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Plusieurs études ont tenté de décrypter les mécanismes qui grâce à l'attention permettent la décision. Une récente étude de la Columbia University confirme que le processus de décision peut être lancé lorsque notre attention sélective a bien sélectionné les données sensorielles pertinentes et les a bien séparées de données de « distraction ». Notre capacité à cibler notre attention, à se concentrer détermine ensuite toute une série de fonctions cognitives.


Cette étude a été menée sur des macaques dont l'activité neuronale dans le cortex préfrontal latéral a la particularité d'être fortement modulé par l'attention visuelle. Les chercheurs ont suivi leur regard alors que les primates regardaient des objets affichés sur un écran et enregistré leur activité cérébrale. Ces signaux enregistrés ont ensuite été décodé par un logiciel qui identifie les activations lors du processus de concentration. Un décodeur capable de prédire en quelques millisecondes où l'animal focalise une attention particulière avant même que son regard suive cette direction.

Quelques résultats surprenants :

Les chercheurs montrent que l'activité simultanée d'un ensemble de neurones dans le cortex préfrontal latéral traduit la concentration de l'attention sur un objet unique. Cette activité résiste à la distraction et reste stable au fil des semaines.

Mais l'équipe est allée plus loin et montre qu'il est possible de moduler cette capacité d'attention. Lorsqu'ils modifient les données d'activité neuronale enregistrées et entrées dans le logiciel ou décodeur–ce qui revient à manipuler les interactions des neurones- les chercheurs peuvent induire l'équivalent d'états de concentration ou de distraction.

Julio Martinez-Trujillo, psychologue à l'Université McGill et auteur principal de l'article conclut que nous commençons à mieux cerner les mécanismes responsables de la concentration et de l'attention, et sommes très proches de comprendre pourquoi ces mécanismes échouent dans certains troubles neurologiques comme sévères comme l'autisme, le TDAH et la schizophrénie. L'objectif, « extraire et pouvoir lire le code neuronal de zones de plus haut niveau du cerveau ».

Autres actualités sur le même thème