Vous recherchez une actualité
Actualités

AUTISME: Son origine prénatale retracée dans le néocortex

Actualité publiée il y a 4 années 8 mois 2 semaines
NEJM

Retracer, dès le développement prénatal du cortex ou néocortex, des irrégularités du cerveau liées à l’autisme pourrait être un jour possible, à la lecture des conclusions de cette étude menée à University of California, San Diego et soutenue par le US National Institute of Mental Health (NIMH/NIH). Car dès ce stade, l'architecture du cerveau des petits autistes est parsemée de taches de neurones anormaux. Ces conclusions, publiées dans le New England Journal of Medicine, sont remarquables par la précocité des constations, une précocité prioritairement recherchée pour le diagnostic de l’autisme.

L'autisme est généralement considéré comme un trouble de développement du cerveau pourtant cette nouvelle recherche –si ses résultats devaient être confirmés- suggère bien un processus et une « pathogenèse » qui démarre bien avant la naissance. C'est la synthèse du Dr Thomas R. Insel directeur du NIMH qui souligne évidemment l'intérêt de la découverte pour l'identification et l'intervention précoces.


Les Prs Eric Courchesne et Rich Stoner de l'Autism Center of Excellence de l'Université de Californie, San Diego avec des collègues de l'Allen Institute for Brain Science ont pratiqué une analyse post-mortem du tissu cérébral du cortex d'enfants autistes, âgés de 2 à 15 ans. Notons que le Pr Courchesne avait déjà rapporté un excès de 67% de neurones dans le cortex préfrontal des enfants atteints d'autisme.

Lors du développement prénatal du cerveau, les neurones se différencient en 6 couches dans le cortex, chaque couche comportant certains types de cellules cérébrales et des schémas de connexions spécifiques. L'équipe s'est concentrée sur les gènes marqueurs cellulaires de chacune des couches corticales ainsi que sur les gènes déjà connus pour être associés à l'autisme.
Leurs travaux montrent que,

· Certains marqueurs pour plusieurs couches du cortex sont absents dans 91% des échantillons vs 9% des échantillons témoins,

· des signes de désorganisation sont localisés dans des zones de 5-7 millimètres et sur plusieurs couches corticales (Voir vidéo ci-dessus),

· ces anomalies sont retrouvées dans les lobes frontal et temporal du cortex, des zones impliquées dans les fonctions sociales, émotionnelles, de communication et de langage, des fonctions spécifiquement déficientes dans l'autisme.

Le cerveau pourrait s'en remettre : L'analyse révèle ainsi des zones de neurones désorganisés formant des plaques. Les chercheurs suggèrent que les zones touchées et le niveau de sévérité des anomalies constatées sous-tendent et les expressions du troubles et la gravité des différents symptômes chez l'enfant. Mais l'espoir est que la variabilité des anomalies constatées soutient l'efficacité d'un traitement précoce. Car les anomalies ne touchent pas l'ensemble du cortex et les chercheurs suggèrent ici que le cerveau en développement pourrait avoir une chance de réparer les connexions déficientes en contournant ces zones cérébrales anormales.

Globalement, l'étude apporte donc un grand espoir, celui du diagnostic hyper-précoce et celui de la « réparation ».

Source: New England Journal of Medicine March 27, 2014 DOI: 10.1056/NEJMoa1307491 Patches of disorganization in the neocortex of children with autism (Visuels NIMH@ Rich Stoner, Ph.D., University of California, San Diego)- Voir la vidéo

Pour en savoir plus sur l'Autisme

Lire aussi : L'AUTISME associé à une surprolifération de neurones dans le cortex

Accéder au Dossier Vaincre l'autisme (1/5) de Santé log -Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Autres actualités sur le même thème

Pages