Vous recherchez une actualité
Actualités

AVC: Les pacemakers peuvent détecter le risque

Actualité publiée il y a 6 années 10 mois 1 semaine
NEJM

Cette étude menée à l’Université McMaster (Ontario) conclut qu’un pouls irrégulier peut échapper au patient ou au médecin, mais être détecté par un pacemaker. Dans ce cas, il est alors associé à un risque double d’AVC. Des conclusions publiées dans le New England Journal of Medicine (NEJM) qui montrent que de nombreux patients sans antécédent de fibrillation auriculaire mais possédant depuis peu un pacemaker, présentent cette irrégularité du rythme cardiaque et sont à risque d'AVC.

L'étude, financée par le fabricant St. Jude Medical, a suivi durant 2 ans et demi 2.580 patients âgés de 65 ans et plus, dans 136 centres de 23 pays différents. Les patients présentaient un antécédent d'hypertension, mais sans arythmie cardiaque.


Un quart des AVC sont de cause inconnue et 85% des patients n'ont pas conscience de l'irrégularité de leur rythme cardiaque. Les pacemakers en revanche, peuvent détecter les épisodes subcliniques du rythme auriculaire rapide, qui sont en corrélation avec la fibrillation auriculaire électrocardiographique documenté. Les chercheurs ont cherché à confirmer que les épisodes subcliniques du rythme auriculaire rapide détecté par des pacemakers étaient associés à un risque accru d'AVC ischémique chez des patients qui n'ont pas d'autres preuves de leur fibrillation auriculaire.

Pour 10% des patients, cette irrégularité du rythme cardiaque n'est détectée que par les pacemakers : L'équipe de recherche internationale dirigée par le Docteur Jeff Healey, professeur de médecine à l'Université de Mc Master montre que les arythmies cardiaques non ressenties par les patients sont très fréquentes et sont à l'origine de nombreux AVC dont on ne connaissait pas la cause jusqu'à présent. En 3 mois, des épisodes subcliniques du rythme auriculaire ont été détectés par des pacemakers chez plus de 10% des patients. Ces épisodes ont été associés à un risque accru de fibrillation auriculaire clinique (HR : 5.56; IC : 95% de 3,78 à 8,17) et d'accident vasculaire cérébral ischémique ou d'embolie (HR : 2.49; IC : 95% de 1,28 à 4,85). Les patients atteints d'arythmies cardiaques survenant dans les trois premiers mois suivant la pose de leur pacemaker ont donc deux fois plus de risques de subir un AVC ou une embolie pulmonaire.

C'est une découverte importante, dans la mesure où il existe des traitements adaptés très efficaces qui vont permettre, une fois l'irrégularité du pouls détectée, de prévenir l'AVC chez ces patients atteints d'arythmies cardiaques.

Source: NEJM 2012; 366:120-129January 12, 2012 « Subclinical Atrial Fibrillation and the Risk of Stroke”, Communiqué Mc Master University (Visuel vidéo St Jude Medical)

Autres actualités sur l'AVC

Autres actualités sur le même thème

Pages