Vous recherchez une actualité
Actualités

BUREAU et SÉDENTARITÉ: La solution stand-up, une piste à étudier

Actualité publiée il y a 4 années 3 mois 1 semaine
American Journal of Preventive Medicine

Ceux d’entre nous qui travaillent dans un bureau restent assis plus de 80% de leur journée et encourent un risque reconnu de nombreuses pathologies liées à cette sédentarité. Pouvoir travailler debout, de temps à autre au bureau permet de limiter la station assise prolongée et aussi, de brûler un peu plus de calories, conclut cette étude de l'Université de l'Iowa. On a recommandé de « gigoter » de temps à autre, de faire un petit tour toutes les heures ou encore de pédaler mine de rien sous son bureau pour rompre cette sédentarité au travail. Ici, pouvoir travailler debout, permet déjà d’augmenter la dépense énergétique mais ne semble pas globalement être suffisant pour conjurer les effets néfastes de la sédentarité, sur la santé cardiométabolique. Le point dans l’American Journal of Preventive Medicine.

Selon cette étude, les participants équipés d'un bureau avec double station « assis-debout » seraient restés une heure en plus que les autres participants (témoins) au travail. Et cette « assiduité » aurait perduré après le suivi de l'étude.


Cette étude transversale a regardé l'activité de participants employés, âgés en moyenne de 69 ans, en majorité des femmes, sur une semaine de travail de 5 jours. Les participants étaient équipés d'un moniteur (de type podomètre), afin de pouvoir mesurer leur activité physique. Ce dispositif enregistrait les positions du corps, les mouvements et l'intensité ou le rythme des mouvements. Les participants avaient été équipés de ce bureau assis-debout environ 1,8 ans avant le début de l'étude.

Les chercheurs ont pu ainsi examiner les effets de l'usage à long terme de ces bureaux.

L'expérience montre surtout, que l'accès à une station de travail debout,

Ø permet de brûler plus de calories dans la journée, soit 87 Kcal, une dépense énergétique faible mais significative à long terme.

Un écart qui peut faire toute la différence dans la lutte contre l'épidémie d'obésité car elle répond directement à l'évolution des modes de vie et à la forte réduction, ces 30 dernières années, de la pénibilité au travail et dans la vie quotidienne. Un facteur majeur en cause dans la montée spectaculaire de l'obésité. Les auteurs de l'Université de l'Iowa rappellent qu'en moyenne, aux Etats-Unis, les travailleurs brulent environ 100 calories-moins chaque jour au travail par rapport aux années 60. Dans les pays riches, les emplois sédentaires ont augmenté de 83% en 50 ans et représentent aujourd'hui 43% de l'ensemble des emplois.

Ø ne permet pas de faire la différence sur les facteurs de risque pour la santé cardiométabolique tels que le poids, le taux de graisse corporelle, la pression artérielle et la fréquence cardiaque.

Cependant la piste reste à étudier. Plus de recherches sont nécessaires pour préciser l'impact de l'accès à la station de travail assis-debout, sur les mesures cardio-métaboliques, musculo-squelettiques et cognitives : « Il est possible que rester debout une heure de plus chaque jour puisse faire la différence », écrivent les auteurs. « Il est également possible que les effets bénéfiques soient perceptibles au bout de plusieurs années ». Enfin, il est possible que l'échantillon très limité de cette étude n'apporte pas la bonne représentativité.

Pouvoir travailler debout, à certains moments de la journée va globalement dans le bon sens. Mais ce n'est pas une mesure miracle. C'est un facteur, parmi d'autres, comme la pratique de l'exercice et une alimentation équilibrée qui peut contribuer à limiter les effets néfastes de la sédentarité. «Nos résultats sont importants parce qu'ils soutiennent une révision de l'environnement de bureau traditionnellement sédentaire, afin de répondre à ce facteur d'obésité », commente le Dr Lucas Carr, professeur de physiologie et auteur principal de l'étude.

Source: American Journal of Preventive Medicine

October 01, 2015 10.1016/j.amepre.2015.07.013 Cross-sectional Examination of Long-term Access to Sit–Stand Desks in a Professional Office Setting

August 07, 2015 DOI: 10.1016/j.amepre.2015.06.022 Total Worker Health Intervention Increases Activity of Sedentary Workers (Visuel@ UI Department of Health and Human Physiology)

Lire aussi : SÉDENTARITÉ: Un tour du bureau rétablit la fonction vasculaire

SÉDENTARITÉ: Gigoter, une alternative mitigée à l'exercice régulier

Autres actualités sur le même thème