Actualités

CANCER du COLON: Dix ans de travail de bureau? Alors, double risque de cancer

Actualité publiée il y a 11 années 2 mois 2 semaines
American Journal of Epidemiology

De plus en plus de personnes travaillent dans un bureau toute la journée et de plus en plus de cas de cancer du colon sont rapportés. Ce n’est pas suffisant bien sûr, pour parvenir aux conclusions de cette étude qui constate sur près d’un millier d’employés de bureau, que 10 ans ou plus de travail sédentaire multiplie le risque de cancer du colon par 2. Des résultats publiés dans l’édition en ligne du 21 avril de l’American Journal of Epidemiology qui se situent “en plein” dans les préoccupations de recherche actuelles en Santé au travail.

Un emploi de bureau durant 10 ans ou plus peut presque doubler le risque de cancer du côlon conclut cette étude australienne menée sur les habitudes de travail et le mode de vie de 918 personnes ayant présenté un cancer du colon et sur 1021 témoins en bonne santé sans cancer. Les participants, âgés de 40 à 79 ans, qui avait passé 10 ans ou plus de leur vie dans un travail sédentaire avait presque deux fois plus de risque de cancer de la dernière section du côlon (côlon distal) que ceux qui n'avaient jamais exercé un travail sédentaire. Le risque s'avère indépendant de toute activité physique pratiquée par ailleurs.


L'étude a quelques limites comme le nombre personnes atteintes de cancer du côlon distal (45) et le nombre de témoins ayant exercé une profession sédentaire pendant plus de 10 ans (96), et les comparaisons statistiques entre de si petits échantillons peuvent être inexacts.

De longues périodes assises: Il n'en reste pas moins qu'un nombre croissant de personnes travaille dans des emplois qui impliquent de longues périodes assises. Les effets sur la santé de ce type de travail et de position, et les stratégies pouvant modifier les effets indésirables induits, sont des domaines importants pour la recherche actuelle, en particulier en Santé au travail.

Ces chercheurs de l'University of Western Australia (Perth) par cette étude cas / témoins ont entrepris de déterminer si un travail sédentaire est associé à des types spécifiques de cancer colorectal (gros intestin). Ils ont donc collecté des informations sur les deux groupes de participants, avec cancer colorectal confirmé entre 2005 et 2007 et des témoins appariés pour le sexe et l'âge, pour déterminer si les différences de mode professionnel pourraient influer sur le risque de maladie. Cette étude suggère que la position assise prolongée peut accroître le risque de certaines maladies chroniques, dont le risque de cancer colorectal.

Le degré d'activité physique au travail a été calculé en classant chaque emploi parmi 5 catégories, en utilisant une cote de classification reconnus. Les catégories étaient sédentaire, activité légère, activité moyenne, lourde et très lourde. Les chercheurs ont également calculé le nombre d'années passées dans chaque type d'emploi et indiqué si le travail était à temps partiel ou occasionnel.

Les chercheurs constatent que, comparativement à ceux qui n'ont pas passé de temps dans un travail sédentaire, les gens qui exercé 10 ans ou plus un travail sédentaire ont presque deux fois plus de risque de cancer du côlon distal (OR 1,94, IC 95% de 1,28 à 2,93 ). Une association similaire a été observée pour le cancer du rectum mais n'a pas atteint une signification statistique (OR 1,44, IC 95% de 0,96 à 2,18).

Conclusion des chercheurs: à long terme un travail sédentaire peut augmenter le risque de cancer du côlon distal et du rectum, indépendamment de l'activité physique. Ils citent plusieurs mécanismes biologiques plausibles dont la position assise prolongée qui augmente les niveaux de glucose dans le sang et diminue la sensibilité à l'insuline, deux facteurs de risque de cancer colorectal.

Des résultats à fortes implications en santé au travail, et d'autant que les progrès technologiques ont conduit à des durées croissantes de travail.