Vous recherchez une actualité
Actualités

CONTRACEPTION: Faut-il mettre la pilule du lendemain au pied du sapin?

Actualité publiée il y a 9 années 1 mois 3 semaines
British Pregnancy Advisory Service

C’est le British Pregnancy Advisory Service (BPAS) qui lance cette campagne pour offrir la pilule du lendemain, aux femmes âgées de plus de 16 ans, durant tout le mois de décembre… Cette organisation caritative qui fournit, par ailleurs, une assistance en matière de contraception et d’IVG aux femmes qui ont une grossesse non planifiée, justifie son initiative par un pic de grossesses non désirée à cette période des fêtes de fin d’année.

Jugée «provocatrice» par les médias britanniques, d'autant qu'elle utilise une adresse Internet faisant référence à Noël, et affiche également le mot «sexe» en lumières de fêtes, elle persiste et signe avec le slogan «Getting turned on this Christmas? » ou, « Serez-vous allumée ce Noël ? ».


La pilule du lendemain ou pilule contraceptive d'urgence (Norlevo- Lévonorgestrel ou EllaOne-ulipristal) peut être prise jusqu'à 72 heures après un rapport sexuel/ dans les 120 heures (cinq jours) pour éviter une grossesse survenant après des rapports sexuels non protégés ou si une autre méthode de contraception, comme le préservatif, a échoué. Mais ce n'est pas une mesure de routine de la contraception et sa prise peut entraîner des effets secondaires comme les nausées, la fatigue, et les saignements menstruels irréguliers.

Cette initiative de l'Association BPAS vise un accès facilité, en avance sur la période des fêtes. Les femmes intéressées doivent s'inscrire sur le site, déclarer leur âge puis sont appelées par une infirmière pour une consultation de 15 minutes. L'infirmière doit évaluer si les antécédents médicaux de la patiente autorisent la prise du contraceptif. En cas d'absence de contre-indication, la pilule est envoyée par la poste. Le concept est de permettre aux femmes « organisées » de prendre la pilule quand elle est la plus efficace, soit dans les 12 heures après la relation sexuelle.

Bien que provocatrice, l'initiative fait réfléchir sur la situation française : 30 % des femmes ont déjà eu recours à la contraception d'urgence et le nombre d'interruptions volontaires de grossesses (IVG), d'environ 220.000 par an, dont près de 12.000 chez les mineures ne diminue pas. Et la discussion sur la contraception accessible aux mineures est toujours en cours.

Source: BPAS www.santacomes.org, NHS « Christmas stocking-up on the morning after pill?” (Vignette)

Accéder aux dernières actualités sur la Contraception, sur l'IVG

Autres actualités sur le même thème