Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉPRESSION: Rien ne vaut les visites des proches pour la conjurer

Actualité publiée il y a 3 années 10 mois 1 semaine
Journal of the American Geriatrics Society

Tout contact social peut remonter le moral, tout isolement peut accentuer le risque de dépression. Un constat vérifié chez les personnes âgées, mais pas seulement. Cette étude menée auprès de participants de 50 ans et plus montre clairement que ceux qui voient leur famille et amis au moins 3 fois par semaine ont 2 fois moins de risque de développer une dépression. Des conclusions, présentées dans le Journal of the American Geriatrics Society, qui appellent à rester en contact mais plus, à prendre le temps de rendre régulièrement visite à ceux qui nous sont proches.

Car un coup de téléphone ou un e-mail ne suffira pas à apporter cet effet protecteur sur le risque de dépression, concluent ces chercheurs de l'Université du Michigan et de la Portland State University. Ils ont suivi 11.065 participants, âgés de 50 ans et plus sur 2 ans, participant à la Health and Retirement Survey (HRS). Les chercheurs ont pris en compte 3 types de contacts sociaux, en face-à-face, par téléphone et par écrit, dont par mail. Les niveaux de dépression des participants ont été évalués via la Epidemiologic Studies Depression Scale.


L'analyse constate que

· les participants qui restent en contact physique régulier avec leur famille et leurs amis « courent » un risque de dépression de 6,5% vs 11,5% pour les participants qui n'ont ce vrai contact qu'une fois tous les quelques mois,

· l'association est inversement dose-dépendante : le risque de dépression augmente lorsque la fréquence des visites diminue,

· si le contact téléphonique est la forme la plus fréquente de contact social, il semble ne pas fait aucune différence dans le risque de dépression, l'email non plus,

· de différence à la probabilité de développer des symptômes dépressifs.

· Enfin, les contacts sociaux avec des amis apparaissent les plus bénéfiques pour les personnes âgées de 50 à 60 ans, puis ce sont les contacts avec les enfants et la famille qui apportent le plus aux personnes de 70 ans et plus.

Certes ces contacts fréquents avec les amis et la famille ne sont bénéfiques que lorsqu'ils sont positifs, remarquent les auteurs. Car leur étude montre aussi que ces visites, lorsqu'elles sont pavées de conflits sont associées à un risque de dépression plus élevé que l'absence de contact.

L'étude rappelle ainsi une évidence, bonne à rappeler cependant à l'heure de l'Internet, soit l'importance du contact face-à-face dans la prévention de la dépression.

Rappelons que la dépression a aussi ses comorbidités. Soutenir et accompagner, par quelques visites régulières, peut faire la différence, pour la santé, notamment des personnes âgées.

Source: Journal of the American Geriatrics Society October 6 2015 DOI: 10.1111/jgs.13667 Does Mode of Contact with Different Types of Social Relationships Predict Depression in Older Adults?

Lire aussi: SOCIO: Les relations petit-enfant-grands-parents préservent de la dépression –

PARENTALITÉ: La solidité du couple atténue les effets de la dépression -

Autres actualités sur le même thème