Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉVELOPPEMENT: L'effet insidieux de la pauvreté sur la matière grise et l'apprentissage

Actualité publiée il y a 4 années 11 mois 2 semaines
Jama Pediatrics

Des différences dans la structure du cerveau peuvent contribuer à expliquer des scores aux tests cognitifs et scolaires moins élevés chez les enfants de foyers à faibles revenus. C’est l’hypothèse de ces chercheurs de l'Université de Wisconsin-Madison. Leur analyse par IRM des données sociodémographiques et de neuro-imagerie de près de 400 enfants et adolescents, montre, dans le Jama Pediatrics, une sensibilité de certaines zones du cerveau en développement à l'environnement de l'enfant. Un appel à développer les interventions parentales, dans les milieux défavorisés, pour soutenir les apprentissages de l’enfant.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les enfants de foyers à faibles revenus présentent en effet, à l'imagerie, un développement atypique de la structure du cerveau associé à des résultats inférieurs aux tests. Les chercheurs estiment que 20% de la différence de résultats pourrait s'expliquer par le retard de développement de zones des lobes frontaux et temporaux.


On a déjà associé difficultés socio-économiques et résultats scolaires ou scores cognitifs de l'Enfant. Cette étude, menée par le Pr Seth D. Pollak, de l'Université de Wisconsin-Madison sur 389 enfants et adolescents âgés de 4 à 22 ans, a donc rapproché leurs données sociodémographiques et de neuro-imagerie aux scores aux tests cognitifs et scolaires. L'analyse IRM a porté sur les tissus du cerveau dont le volume de matière grise, et les structures des lobes frontal et temporal et de l'hippocampe.

L'analyse montre

· des volumes de matière grise inférieurs de 3 à 4% chez les enfants vivant dans les foyers situés autour du seuil de pauvreté,

· ce décalage atteint 8 à 10% chez les enfants de foyers très en dessous du seuil de pauvreté,

· en moyenne, les enfants de ménages à faibles revenus obtiennent 4 à 7% de moins aux tests standardisés,

· enfin, 20% de cet écart pourrait s'expliquer par des retards de développement des lobes frontaux et temporaux.

Le développement de ces zones du cerveau semble sensible à l'environnement des enfants. Cette sensibilité peut contribuer à expliquer ce lien entre la pauvreté et les déficits de cognition et de réussite scolaire à l'enfance, concluent les auteurs.

Ces effets néfastes de la pauvreté sur le développement du cerveau et l'efficacité démontrée des interventions pour soutenir l'apprentissage de ces enfants suggèrent la "feuille de route à préserver pour soutenir l'héritage le plus important de notre société, le développement du cerveau" , commente*, dans la même édition, un expert psychiatre de la Washington University School of Medicine (St Louis).

Source: JAMA Pediatrics July 20, 2015

doi:10.1001/jamapediatrics.2015.1475 Association of child poverty, brain development, and academic achievement

*doi:10.1001/jamapediatrics.2015.1682 Poverty's Most Insidious Damage: The Developing Brain

Plus de 50 études sur le Développement de l'Enfant

Autres actualités sur le même thème