Actualités

DIABÈTE: INSOMNIE? Alors résistance élevée à l'insuline

Actualité publiée il y a 11 années 1 mois 4 semaines
Diabetes Care

C’est la plus grande étude de ce type à établir un lien entre le sommeil et le diabète: Ses auteurs constatent que les personnes atteintes de diabète qui dorment mal ont une meilleure résistance à l'insuline, et donc une plus grande difficulté à contrôler la maladie. Les résultats, publiés dans l’édition de juin de Diabetes Care, suggèrent que les troubles du sommeil peuvent être responsables de mauvais résultats du traitement chez les personnes atteintes de diabète.

«Une mauvaise qualité de sommeil chez les personnes atteintes de diabète a été associée à de faibles niveaux de contrôle de leur glycémie,» explique le Dr Kristen Knutson, professeur adjoint de médecine et auteur principal de l'étude. «Les gens qui ont du mal à contrôler leur taux de glycémie ont un risque accru de complications et une qualité de vie et une espérance de vie réduites”.


Les personnes diabétiques ont en général un sommeil moins régulier que la population en général, et les troubles du sommeil ont déjà été évoqués comme facteur de risque de diabète. D'ailleurs, les troubles du sommeil, comme le syndrome d'apnées obstructives du sommeil (SAOS) sont plus fréquents chez les personnes diabétiques de type 2.

Ici, les chercheurs ont surveillé le sommeil de 40 personnes atteintes de diabète durant 6 nuits. Les sujets avaient signalé s'ils souffraient de troubles du sommeil comme l'insomnie, le ronflement ou l'apnée du sommeil. Un prélèvement de sang a été effectué sur les participants pour permettre aux chercheurs de mesurer l'insulinémie et la glycémie. D'autres données ont été recueillies dans le cadre de l'étude CARDIA, une étude longitudinale sur la santé cardiaque qui suit des milliers de personnes depuis plus de 20 ans. Les sujets ont porté un dispositif au poignet, durant la nuit, afin de pouvoir obtenir une mesure de leur sommeil.

Les diabétiques, mauvais dormeurs, insulino-résitants: Parmi les diabétiques, les “mauvais dormeurs” avaient un taux de glycémie 23% plus élevé le matin, et un niveau d'insuline 48% plus élevé. En utilisant ces taux pour estimer la résistance à l'insuline, les chercheurs ont constaté que les mauvais dormeurs étaient 82% plus susceptibles d'avoir un diabète insulino-résistant.

Traiter les troubles du sommeil? La prochaine étape sera bien sûr de voir si le traitement des troubles du sommeil améliore les résultats à long terme et la qualité de vie des personnes diabétiques car l'ajout d'une intervention sur le sommeil, qu'il s'agisse d'un traitement de l'apnée du sommeil ou de l'insomnie pourrait être une aide supplémentaire pour permettre de mieux contrôler la maladie. En fait, la restauration d'une bonne quantité de sommeil peut être une intervention aussi efficace, disent les chercheurs, qu'un traitement médicamenteux standard du diabète de type 2. «Cela suggère que l'amélioration de la qualité du sommeil chez les personnes diabétiques aurait un effet bénéfique similaire aux ADO les plus couramment utilisés”, conclut le Pr. Eve Van Cauter, professeur de médecine et co-auteur de l'étude.