Vous recherchez une actualité
Actualités

DIABÈTE: Un contrôle glycémique intensif présente-t-il des bénéfices?

Actualité publiée il y a 8 années 2 mois 1 jour
British Medical Journal

Un contrôle intensif, c’est-à-dire un objectif de glycémie plus rigoureux, ne présente que peu d’avantages significatifs par rapport à un contrôle conventionnel, il pourrait même accroître le risque relatif d'hypoglycémie sévère de 30%. C’est la principale conclusion de cette méta-analyse des données d’études de près de 30.000 patients diabétiques de type 2. Les conclusions de cette analyse qui a regardé l'effet d’un contrôle glycémique intensif sur la mortalité toutes causes et la mortalité cardiovasculaire et n’a pas conclu à un avantage significatif du contrôle intensif, sont publiées dans l’édition du 23 novembre du British Medical Journal.

Il s'agit d'une revue systématique de la littérature scientifique portant sur des essais comparant le contrôle glycémique intensif avec un contrôle glycémique classique chez des patients diabétiques de type 2. 14 études randomisées ont été sélectionnées à partir de la Cochrane Library, Medline, Embase, Science Citation Index Expanded, LILACS et CINAHL qui portaient sur 28.614 participants atteints de diabète de type 2, · 15.269 pratiquant un contrôle intensif · 13 345 pratiquant un contrôle conventionnel.


Qu'appelle-t-on contrôle glycémique intensif? Il s'agir d'un contrôle rigoureux de la glycémie aboutissant à un objectif de taux d'hémoglobine glyquée (HbA1c) situé entre 6 et 6,5%. Deux études récentes, ACCORD et ADVANCE, ont mesuré l'effet d'un contrôle intensif de la glycémie (HbA1c inférieur à 6 ou 6,5 %) et concluent qu'il diminuerait davantage le risque de complications vasculaires. Les différents résultats de ces études posent la question de la cible glycémique optimale, 6, 6,5 ou 7% ? L'American Diabetes Association quant à elle, recommande un niveau d'HbA1c inférieur à 7,0%, considéré comme l'objectif du traitement glycémique standard.

Le contrôle glycémique intensif n'affecte pas significativement le risque relatif de mortalité, toutes causes confondues (RR : 1,02, IC : 95% de 0,91 à 1,13)

· Le contrôle glycémique intensif n'affecte pas significativement la mortalité cardiovasculaire (RR : 1,11, IC : 95% de 0,92 à 1,35)

La méta-analyse des données exclut donc une réduction du risque relatif supérieure à 10% pour la mortalité toutes causes confondues ou pour la mortalité cardiovasculaire.

· Le contrôle glycémique intensif pourrait réduire un peu le risque d'infarctus du myocarde (RR : 0,85, IC :95% de 0,76 à 0,95), mais cette constatation n'est pas été confirmée sur l'ensemble des essais.

· Le contrôle glycémique intensif apporte une réduction des risques relatifs pour les résultats microvasculaires (Au total RR : 0,88, de 0,79 à 0,97),

· comme la rétinopathie diabétique (RR : 0,80, de 0,67 à 0,94), mais le niveau de preuves n'est pas atteint, précisent les auteurs.

· Idem sur le risque de néphropathie (RR : 0,83, de 0,64 à 1,06) qui n'est pas statistiquement significatif.

En revanche, le risque d'hypoglycémie sévère est significativement augmenté (RR : 2,39, de 1,71 à 3,34). L'analyse aboutit, en cas de contrôle intensif sur l'ensemble des patients, à une augmentation de 30% du risque d'hypoglycémie sévère.

Les auteurs concluent donc, qu'en l'état de la science, le contrôle glycémique intensif ne semble pas réduire la mortalité chez les patients avec diabète de type 2. Les données disponibles demeurent insuffisantes pour prouver ou réfuter une réduction du risque relatif de mortalité cardiovasculaire, d'infarctus du myocarde, de complications microvasculaires dont de rétinopathie. En revanche, le contrôle glycémique intensif augmente le risque relatif d'hypoglycémie sévère de 30%.

Source: BMJ 2011 - 343:bmj.d6898 “Intensive glycaemic control for patients with type 2 diabetes: systematic review with meta-analysis and trial sequential analysis of randomised clinical trials” (Visuel CDC)

Autres actualités sur le même thème