Vous recherchez une actualité
Actualités

ÉVOLUTION: La génétique n'est rien sans contexte historique

Actualité publiée il y a 5 années 7 mois 2 semaines
PNAS

Cette étude de Yale montre que le rôle et le poids de la génétique dans les traits complexes varie avec le temps et l’histoire. L’exemple donné est celui de l’obésité dont l’incidence et les différentes mesures scientifiques vont dépendre de la période à laquelle la recherche est menée et à laquelle les participants sont nés. De ces périodes, ou du contexte historique dépend le poids relatif des facteurs génétiques dans les résultats scientifiques. Démonstration dans les Actes de l'Académie des Sciences américaine (PNAS).

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Une évidence ? Pour l'auteur de l'étude, Nicholas Christakis, professeur de sociologie à Yale, l'influence de la génétique obéirait à un « principe d'incertitude » ou pourrait être réduite à l'effet d'un observateur. Son équipe s'est attaquée à l'étude d'une variante génétique spécifique dans le gène FTO bien connue pour être associée à l'obésité. A partir de l'analyse de données de la Framingham Heart Study, l'équipe identifie une différence des effets liés au gène FTO entre les participants. Cette différence est fonction de leur époque de naissance. Ainsi, les participants nés avant 1942 ne présentent pas cette association entre cette variante de FTO et le risque d'obésité; les personnes nées après 1942 présentent une association encore plus forte que ce qui avait été précédemment estimé.


Une variante, un risque différent selon la période : Les chercheurs expliquent cette différence à l'évolution des conditions sociales ou environnementales qui ont-elles-mêmes un effet sur le poids des facteurs génétiques en jeu. Une analyse qui « suggère plus de prudence et d'humilité dans la recherche sur la génétique », expliquent-ils. Car des études d'association génétique avec cette variante auraient probablement abouti à des résultats encore différents une génération plus tôt.

Le poids des facteurs génétiques est donc le fruit d'une combinaison subtile et complexe avec l'environnement et le « temps ». L'étude de l'évolution de l'épidémie d'obésité requiert comme celle de tout autre trait complexe un « démêlage de brins » de facteurs environnementaux historiques et contemporains qui interagissent avec les caractéristiques génétiques au fil du temps. Il s'agit donc aussi de prendre en compte l'époque de la naissance des participants, dans une étude, pour évaluer un risque génétique.

L'étude des interactions gène-environnement, requiert ainsi plusieurs générations ou cohortes mais aussi de larges populations vivant dans de nombreux types d'environnements. En bref, l'effet génétique ou l'inné dépend d'un environnement historique total dans lequel le chercheur et l'objet sont intégrés. Ainsi, toute étude de la façon dont l'ADN influe sur les résultats de santé peut aboutir à des effets qui ne sont pas toujours durables, ou peut passer à côté d'effets qui s'ils ne sont pas perceptibles au moment de l'étude sont tout de même durables.

Source: Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) December 29, 2014, doi: 10.1073/pnas.1411893111 Cohort of birth modifies the association between FTO genotype and BMI

(Visuel@ Michael Helfenbein)

Plus d'études sur le thème de l'Evolution

Autres actualités sur le même thème