Vous recherchez une actualité
Actualités

Journée mondiale SANS TABAC: Vos gènes diront si vous pouvez arrêter

Actualité publiée il y a 8 années 1 mois 1 semaine
American Journal of Psychiatry

Les variations génétiques qui peuvent rendre l’arrêt du tabac difficile peuvent aussi prédire si vous serez « réceptif » à une technique de sevrage ou une autre, selon cette étude de la Washington University School of Medicine (St. Louis), publiée dans l’édition en ligne du 30 mai de l'American Journal of Psychiatry. Serez-vous susceptible de bénéficier de traitements médicamenteux contre la dépendance à la nicotine ? Ces conclusions vous apportent une première réponse.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Curieusement, les fumeurs dont le matériel génétique les met le plus à risque d'être des gros fumeurs, et en dépendance à la nicotine sont ceux qui ont le plus de chances de bien répondre à un traitement pharmacologique pour arrêter de fumer. C'est le Pr Laura Jean Bierut, Professeur de psychiatrie et auteur principal de l'étude qui l'affirme. « Notre recherche suggère que la constitution génétique d'une personne peut nous aider à prédire qui est plus susceptible de répondre à une thérapie médicamenteuse de sevrage et donc contribuer à proposer une thérapie combinée personnalisée au patient ». Des variantes du même gène peuvent prédire la réponse d'une personne à un traitement médicamenteux : Ici, les chercheurs ont analysé des données provenant de plus de 5.000 fumeurs participant à des études communautaires de fumeurs et plus de 1.000 fumeurs participant à une étude clinique sur les traitements. Les scientifiques se sont concentrés sur la relation entre la capacité de réussir à cesser de fumer et les variations génétiques des fumeurs, associées à un risque de consommation excessive de tabac et de dépendance à la nicotine. «Les personnes avec des marqueurs génétiques à risque élevé fument en moyenne deux ans de plus que ceux sans ces gènes de risque élevé et sont moins susceptibles d'arrêter de fumer sans prendre de médicaments», explique le Dr Li-Shiun Chen, professeur adjoint de psychiatrie à l'Université de Washington.


Risque élevé de tabagisme, 3 fois plus de chances de répondre au traitement : Dans ces essais cliniques portant sur des traitements de sevrage, les personnes ayant des variantes de risque élevé ont 3 fois plus de chance de répondre aux traitements médicamenteux, tels que la gomme à la nicotine, les patchs de nicotine, le bupropion ou autres médicaments de sevrage tabagique.

A l'occasion de la Journée mondiale sans tabac, on peut rappeler que le tabagisme est la principale cause de maladies évitables et entraîne quelque 600.000 décès chaque année dans le monde. Les variations génétiques ne sont pas les seuls facteurs impliqués- les facteurs environnementaux jouent un rôle important également- mais contribuent et à la dépendance et, curieusement, à l'abandon « pharmacologique » du tabac. « C'est un élément clé de l'énigme, et nous pouvons en tirer parti ».

Source: American Journal of Psychiatry published online May 30, 2012; doi:10.1176/appi.ajp.2012.11101545 “Interplay of genetic risk factors (CHRNA5-CHRNA3-CHRNB4) and cessation treatments in smoking cessation success” via Washington University (Visuel @ Li-Shiun Chen) “Genes predict if medication can help you quit smoking

Lire aussi:

Journée mondiale SANS TABAC 2012: L'OMS dénonce les manœuvres de l'industrie

Journée mondiale SANS TABAC 2012: Quand la publicité parvient toujours à enfumer

Journée mondiale SANS TABAC 2012: Quel impact, 25 ans après?

Autres actualités sur le même thème