Vous recherchez une actualité
Actualités

Le CAFÉ, c'est bon pour la longévité, à condition de ne pas fumer

Actualité publiée il y a 7 années 7 mois 2 jours
NEJM

Des études lui prêtent déjà de nombreux bénéfices : Le café permet de prévenir la maladie d’Alzheimer, la dépression, l’AVC et certains cancers. Cette étude cofinancée par les NIH et menée par le National Cancer Institute, montre que cette boisson parmi les plus consommées, pourrait globalement permettre de vivre plus longtemps. Mais dans certains cas, car cette constatation n’est exacte que lorsque qu’on exclut les facteurs confondants comme la consommation d’alcool ou le tabagisme et ne se vérifie plus après ajustement avec l’âge. Ces conclusions publiées dans l’édition du 17 mai du New England Journal of Medicine, sont donc à boire avec modération.

Les chercheurs ont étudié l'association consommation de café et taux de mortalité par cause auprès de 229.119 hommes et 17.141 femmes, âgés au début de l'étude entre 50 et 71 ans, participant de 1005 à 2008, à une étude cohorte menée par les National Institutes of Health (AARP Diet and Health Study). Les participants atteints d'un cancer, de maladies cardiaques ou à antécédents d'AVC avaient été exclus. La consommation de café a été évaluée une fois, au départ de l'étude. Au cours de l'étude, représentant au total plus de 5 millions de patients-années de suivi, 33.731 hommes et 18.784 femmes sont décédés. Après ajustement avec l'âge, le risque de décès est accru chez les buveurs de café.


Cependant, les buveurs de café sont plus susceptibles de fumer, et, après ajustement pour le tabagisme et autres facteurs de confusion potentiels, l'association inverse devient significative entre consommation de café et mortalité : Cela signifie qu'un buveur de café qui ne fume pas et n'adopte pas d'autres comportements dits à risque a un risque de décès inférieur à un non-amateur de café.

Après ajustement, chez les hommes/femmes buveurs de café vs non buveurs,

Pour moins d'1 tasse par jour, le risque relatif de mortalité s'élève à :

Hommes : 0,99 (IC : 95% de 0,95 à 1,04),

Femmes : 1,01 (IC : 95%, de 0,96 à 1,07), c'est-à-dire que le risque est identique,

pour 1 tasse :

Hommes : 0,90 (IC : 95%, de 0,86 à 0,93), soit un risque de mortalité diminué de 10%,

Femmes : 0,95 (IC : 95%, de 0,90 à 1,01),

pour 2 ou 3 tasses :

Hommes : 0,88 (IC : 95%, de 0,84 à 0,93)

Femmes : 0,87 (95 % CI, 0,83 à 0,92),

pour 4 ou 5 tasses :

Hommes : 0,90 (IC : 95%, de 0,85 à 0,96)

Femmes : 0,85 (IC à 95%, de 0,78 à 0,93)

En revanche, contrairement à des études précédentes, des associations inverses ont été observées pour la mortalité cardiaque, respiratoire, par AVC ou diabète mais pas pour le cancer. Dans cette étude prospective de grande envergure, la consommation de café est donc inversement associée à la mortalité. Mais on retiendra que ces résultats sont « après ajustement avec d'autres facteurs de confusion », comme le tabagisme.

Source: NEJM « 2012; 366:1891-1904 May 17 2012 « Association of Coffee Drinking with Total and Cause-Specific Mortality” (visuel Fotolia)

Lire aussi sur le Café: AVC: Avec les sodas, risque augmenté, avec le café, risque diminué

CANCER de l'UTERUS: 4 tasses de CAFÉ pour se protéger

CAFÉ: Les Femmes ont leur antidépresseur

ALZHEIMER: 4 tasses de café par jour protègent contre la maladie

Autres actualités sur le même thème