Vous recherchez une actualité
Actualités

Les OMEGA 3, réducteurs de décès de cancer de la prostate

Actualité publiée il y a 7 années 6 mois 1 semaine
American Journal of Epidemiology

Chez ces Suédois qui ont consommé beaucoup de poissons gras, le risque de décès de cancer de la prostate s’avère considérablement réduit. En synthèse, le type d’acides gras consommés impacte la progression du cancer de la prostate. Cette étude, publiée dans l’édition du 10 juillet de l’American Journal of Epidemiology, apporte un nouveau bénéfice à la consommation d’acides gras omega-3.

Si de nombreuses études ont étudié la consommation d'acides gras et le risque de cancer de la prostate, peu d'études ont examiné l'effet sur la progression même du cancer. Cette étude de cohorte, menée par des chercheurs de Harvard et d'autres centres de recherche aux États-Unis, en Islande et en Suède, a suivi durant 20 ans, 525 hommes atteints de cancer de la prostate, âgés de 70 ans en moyenne et habitant la Suède. Leur régime alimentaire dans l'année précédant leur diagnostic a été évalué. Les décès parmi les participants ont été identifiés à l'aide du registre des décès et la cause du décès vérifiée par un panel d'urologues par examen des dossiers médicaux. En mars 2011, 42,5% hommes atteints de cancer de la prostate étaient décédés de leur cancer et 51,0% étaient décédés d'autres causes.


Un apport élevé d'omega-3 réduit le risque de décès de 41% : Les chercheurs constatent que les hommes ayant consommé le plus d'acides gras oméga-3 présentent un risque inférieur de 41% de succomber à leur cancer de la prostate (HR : 0,59, IC : 95% de 0,40 à 0,87). En revanche, les hommes dont le cancer de la prostate ne s'était pas propagé au moment du diagnostic mais qui consomment le plus de graisses saturées s'avèrent plus susceptibles de décès, lié à leur cancer de la prostate. La tendance est à un risque accru de décès par cancer de la prostate avec l'augmentation de consommation totale de lipides et, en particulier des apports plus élevés de certains acides gras saturés (acide myristique et acides gras à chaîne courte) chez les hommes atteints d'un cancer localisé.

Les chercheurs concluent qu'un apport élevé total de certains acides gras saturés peut réduire les chances de survie au cancer de la prostate, en particulier chez les hommes atteints d'une tumeur localisée, mais qu'en revanche, une consommation élevée d'acides gras oméga-3 peut réduire ce risque de décès. Mais attention ces résultats concernent la progression du cancer, une précédente étude publiée dans la même revue montrait qu'un taux élevé d'acides gras oméga-3 dans le sang pourrait plus que doubler le risque de cancer de la prostate alors qu'un taux élevé d'acides gras trans serait lié à un risque moindre.

Source: Am. J. Epidemiol. (2012) doi: 10.1093/aje/kwr520 First published online: July 10, 2012 Dietary Fatty Acid Intake and Prostate Cancer Survival in Örebro County, Sweden. American Journal of Epidemiology (Visuel NHS)

Accéder aux dernières actualités sur le Cancer de la Prostate, Omega-3

Lire aussi : OMEGA 3 : Cœur ou prostate, faudrait-il choisir ?

Autres actualités sur le même thème