Vous recherchez une actualité
Actualités

Lutte contre l'ALCOOL : Les Britanniques prennent la France en exemple

Actualité publiée il y a 8 années 8 mois 3 semaines
The Lancet

Les auteurs de cette étude appellent à une réglementation plus stricte de la consommation et de la distribution d’alcool au Royaume-Uni, en avertissant, qu’un quart de million de personnes mourront des suites de l'abus d'alcool au cours des deux prochaines décennies, faute de mesures appropriées. Cette étude, publiée dans l’édition avancée en ligne du 21 février du Lancet, montre en exemple, la stratégie de lutte mise en place en France et recommande un transfert des responsabilités de prévention vers les collectivités locales.

Au Royaume-Uni, le nombre de décès liés à une maladie du foie a en effet doublé ces dernières années, alors que certains pays comme la France, ici citée en exemple, ont enregistré une baisse importante de la consommation après la mise en place de règles de commercialisation plus strictes. Ces chercheurs de l'Université de Southampton, du Nottingham University Hospital et de l'Université de Liverpool, pour certains membres de Department of Health Responsibility Deal Alcohol Network –un réseau qui conseille le gouvernement britannique- ont examiné le nombre croissant de décès au Royaume-Uni liés aux maladies du foie et estimé son augmentation au cours des 20 prochaines années, au Royaume-Uni mais aussi dans d'autres pays en Europe.


Un indicateur des méfaits de l'alcool, le taux de décès de maladies du foie : Les auteurs suggèrent que les maladies du foie sont responsables de la plupart des décès liés à l'alcool (70%), soit entre 18.000 et 30.000 décès, chaque année, pour le seul Royaume-Uni. Près de 80% des décès dus aux maladies du foie sont, à l'inverse, causés par l'alcool. C'est pourquoi, la mortalité liée aux maladies du foie leur semble un bon indicateur des méfaits de l'alcool et pourrait être utilisé pour mesurer la réussite d'une politique de lutte contre l'usage abusif d'alcool.

Une évolution inquiétante au Royaume-Uni : Au Royaume-Uni, cet indicateur ou taux de mortalité lié aux maladies du foie aurait plus que doublé, passant de 4,9/100.000 à 11,4/100.000, de 1986 à nos jours. Et ce n'est pas le cas dans d'autres pays européens, tels que les Pays-Bas, la Suède et la Norvège, ou dans des pays non-européens, comme l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Les auteurs suggèrent qu'un taux « acceptable » serait de l'ordre de 4 décès pour 100.000 habitants.

La France citée en exemple : Les auteurs modélisé quatre scénarii adaptés sur les évolutions constatées dans d'autres pays européens, dont la France, qui marque une réduction importante du taux de décès lié aux maladies du foie. A partir de ces estimations, les chercheurs concluent, que faute de nouvelles mesures, il y aurait 160.000 à 250.000 décès supplémentaires au cours des 20 prochaines années, par rapport à la mise en place de mesures comparables à celles adoptées en France. Les auteurs notent, entre autres point, que la réglementation de la commercialisation de l'alcool en France semble être particulièrement efficace pour réduire la consommation de vin bon marché.

Plus de « pouvoir » aux communautés locales: En conclusion, ces auteurs alertent sur les dommages liés à l'alcool au Royaume-Uni et appellent à une plus grande participation d'experts dans l'établissement des stratégies de lutte contre la consommation excessive d'alcool. Les auteurs ont publié « un livre blanc » qui, en particulier, va au-delà des stratégies de santé publique pour donner plus de pouvoir aux communautés locales pour la prévention de la santé des populations locales.