Vous recherchez une actualité
Actualités

NUTRITION SANTÉ: Les Français n'ont pas la fibre

Actualité publiée il y a 6 années 6 mois 5 jours
NutriNet

Prévention de la constipation, amélioration de la glycémie, baisse du cholestérol mais aussi prévention du cancer colorectal et effet de satiété, les fibres, qui facilitent le transit intestinal, restent boudées par les Français dont seulement seuls 5% à 10% atteignent les apports recommandés, soit 30 grammes par jour. Ces nouveaux résultats de l’étude NutriNet Santé montrent indirectement qu’on est encore loin des 5 fruits et légumes par jour, qu’il faudrait préférer le pain complet et consommer plus de légumes secs, de pâtes ou du riz.

En France, seul 1 homme sur 5 consomme le minimum de fibres recommandé, soit 25 g par jour, 1 homme sur 10, l'apport recommandé soit 30g par jour. Les femmes consomment encore moins de fibres (respectivement 12% /4%). Ainsi, NutriNet montre un apport moyen en fibres de 20,1 grammes/jour chez les hommes et de 18,8 grammes/jour chez les femmes. L'American Dietetic Association recommande même une consommation de fibres alimentaires de 25 g par jour pour les femmes et de 38 g par jour pour les hommes. La consommation de fibres majoritairement liée à celle de fruits et de légumes est donc inégale selon les groupes de population. Ainsi les agriculteurs, les catégories socio-professionnelles élevées ou à haut niveau d'étude sont plus consommateurs de fibres.


Mais qu'appelle-t-on fibres ? Des « polysaccharides » comme la cellulose, l'hémicellulose, les gommes, les pectines, des oligosaccharides et autres substances végétales mais aussi l'amidon résistant des légumes secs, graines et céréales. On trouve donc des fibres dans les fruits (environ 16% des apports), les légumes frais et secs (fibres solubles- 21% des apports) et les céréales complètes et le pain ou les biscottes (fibres insolubles-18% des apports). Selon Nutrinet, le pain consommé en France est trop faible en fibres et la consommation de légumes secs, de pâtes ou de riz reste insuffisante.

Pourquoi des fibres ? Les fibres alimentaires traversent l'organisme sans être absorbées, c'est pourquoi elles jouent un rôle spécifique et sont importantes dans notre régime alimentaire. N'étant pas digérées dans l'intestin grêle, elles parviennent intactes dans le gros intestin, progressent le long du gros intestin où elles fermentent entraînant la production de plusieurs sous-produits, dont des acides gras. Ce processus apporte de nombreux bénéfices :

- Sur la fonction intestinale, en contribuant à prévenir la constipation et en réduisant la durée du transit intestinal. Les acides gras issus du processus de fermentation constituent une source importante d'énergie pour les cellules du côlon. Certaines études suggèrent qu'ils contribuent à inhiber la croissance des cellules cancéreuses de l'intestin.

- en réduisant le risque d'hémorroïdes et de diverculose (hernies de la muqueuse),

- en réduisant la glycémie par le ralentissement de la digestion et l'absorption des hydrates de carbone, les fibres peuvent contribuer, chez les diabétiques à améliorer le contrôle de leur glycémie,

- en abaissant le cholestérol sanguin, pour certaines d'entre elles (riz, avoine) et en protégeant contre la maladie coronarienne.

- En apportant un effet rassasiant sans apport de calories contribuant ainsi au contrôle du poids.

Le pain, et toujours 5 fruits et légumes par jour: Alors que le pain est un produit de base de l'alimentation, avec une consommation individuelle moyenne de 100 à 130 g par jour en moyenne, il faudrait donc préférer le pain complet ou parvenir à revoir la composition nutritionnelle de la baguette, en augmentant son apport en fibres. Mais rappelle l'étude, il reste important de diversifier ses sources de fibres avec 5 fruits et légumes par jour, mais aussi des légumes secs et des pâtes, du riz complet ou autres céréales.

Lancée il y a 3 ans, NutriNet-Santé regroupe aujourd'hui près de 250.000 nutrinautes, avec l'objectif de réunir 500.000 participants suivis pendant une période d'au moins 5 ans pour étudier les relations nutrition-santé.


Interstitiel resposorb

Autres actualités sur le même thème

Pages