Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: L'augmentation du risque cardiaque cesse quand cesse l'obésité

Actualité publiée il y a 8 années 6 mois 2 semaines
New England Journal of Medicine

Les enfants obèses, qui ne sont plus obèses à l'âge adulte, ont le même profil de risque cardiovasculaire que des adultes qui n'ont jamais été obèses. Si l'obésité dans l'enfance est associée à un risque cardiovasculaire accru, ce risque est fortement atténué, si à l’âge adulte, l’obésité a disparu. Cette étude publiée dans l’édition du 17 novembre du New England Journal of Medicine insiste donc sur l’importance de contrôler l’obésité, avant l’âge adulte, sous peine de risque accru de diabète de type 2, d’athérosclérose, d’hypertension et de dyslipidémie.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Ces chercheurs finlandais et américains ont analysé les données de 4 études de cohorte prospectives avant suivi l'IMC de l'enfance à l'âge adulte, de 6.328 sujets des Etats-Unis, d'Australie et de Finlande, sur une durée moyenne de suivi de 23 ans. Pour définir le statut d'obésité, les chercheurs ont utilisé les normes internationales pour l'enfant et un IMC supérieur à 30, pour l'adulte. A la fin des études, 274 adultes non obèses avaient été des enfants obèses.


Les sujets présentant une adiposité élevée et constante de l'enfance à l'âge adulte, par rapport aux personnes non obèses, ni dans l'enfance, ni à l'âge adulte, présentent :

· un risque 5 fois plus élevé de diabète de type 2 (RR : 5,4 IC : 95% de 3.04 à 8.05),

· un risque d'hypertension 2,7 fois plus élevé (RR : 2,7 IC : 95%, de 2,2 à 3,3),

· un risque de cholestérol LDL près de 2 fois plus élevé (RR : 1,8; IC : 95% de 1,4 à 2,3) mais un niveau réduit de « bon cholestérol » (HDL)

· des niveaux élevés de triglycérides (RR : 3,0, IC : 95% de 2,4 à 3,8),

· un risque d'athérosclérose augmenté (RR : 1,7, IC : 95% de 1,4 à 2,2)

En revanche, les personnes en surpoids ou obèses durant l'enfance mais non obèses à l'âge adulte obtiennent des résultats similaires aux personnes ayant un IMC normal cde l'enfance à l'âge adulte !

Les auteurs concluent que c'est l'obésité qui perdure de l'enfance à l'âge adulte qui augmente le plus significativement le risque cardiaque.

Les chercheurs soulignent que les enfants obèses sont plus susceptibles de devenir des adultes obèses et que les facteurs de risque de maladies cardiovasculaires comme l'hypertension, la dyslipidémie et l'insulino-résistance, déjà présents chez les enfants obèses, seront associés, si l'obésité persiste, à un risque accru d'un événement cardio-vasculaire, à l'âge adulte. Mais ils apportent un argument de poids à la lutte contre l'obésité dans l'enfance, car ce risque cardiovasculaire peut être atténué si les enfants obèses deviennent des adultes de poids normal.

Les auteurs précisent que le fait d'être un enfant non obèse ne protège de l'obésité à l'âge adulte !

Autres actualités sur le même thème