Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: Un peu de chocolat, souvent, pour garder un bel IMC

Actualité publiée il y a 6 années 8 mois 3 semaines
Archives of Internal Medicine

Consommer du chocolat vient, au-delà de ses autres bénéfices mieux connus, d’être associé à un indice de masse corporelle plus faible (IMC), selon cette recherche l'Université de Californie publiée dans l’édition du 26 Mars des Archives of Internal Medicine, une des revues du JAMA. Grâce à ses antioxydants, le chocolat consommé fréquemment –mais sans excès- pourrait entrainer une réduction des dépôts de graisse, qui pourrait compenser les calories consommées.

On connaît déjà de nombreux bénéfices du chocolat, une source riche en antioxydants et qui contient plus de polyphénols et de flavonoïdes que les jus de fruits. Ses vertus ont été démontrées sur la santé cardiovasculaire, une consommation modérée de chocolat étant liée à un risque diminué de 32% d'insuffisance cardiaque chez les femmes d'âge moyen. Enfin ses flavonoïdes l'associent aussi à un moindre risque d'accident vasculaire cérébral (AVC) et de mortalité post-AVC. Bref le chocolat est bon pour notre système cardio-cérébro-circulatoire. Cependant, en raison de son apport en calories, on pouvait se poser la question de l'association de sa consommation avec une prise de poids.


Le Dr Beatrice Golomb et ses collègues avec l'Université de Californie (San Diego) ont mené leur étude auprès de 1.018 hommes et femmes sans maladies cardiovasculaires, diabète ou excès de cholestérol LDL. Les auteurs voulaient vérifier que les bénéfices d'une consommation de chocolat modeste mais fréquente pourrait s'étendre à une réduction des dépôts de graisse, ce qui pourrait compenser les calories consommées. Pour l'évaluer, nous avons examiné la relation transversale de la fréquence de consommation de chocolat à l'IMC. Les chercheurs ont évalué la consommation de chocolat par questionnaire de fréquence alimentaire (nombre de fois par semaine, quantité consommée). L'IMC a été calculé pour 972 participants. Les participants étaient âgés de 57 ans en moyenne et avaient un IMC moyen de 28. Ils consommaient du chocolat en moyenne 2 fois par semaine.

Les adultes qui consomment du chocolat plus souvent ont un IMC plus faible que ceux qui en consomment moins souvent. Avec ou sans ajustement avec la pratique d'un exercice physique, l'âge ou autre facteur confondant, la fréquence de consommation de chocolat prédit un IMC inférieur de 14 à 20%.

Les auteurs souhaitent maintenant confirmer ces résultats par un plus large essai randomisé sur les effets du chocolat sur le métabolisme.

Source: Arch Intern Med 2012; 172. [6]:519-521 « Association Between More Frequent Chocolate Consumption and Lower Body Mass Index

Accéder aux dernières actualités sur l'Obésité, Chocolat et santé

Accéder

à notre dossier Obésité de l'enfant (1/6) (Santé log Petite Enfance-) Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Autres actualités sur le même thème

Pages