Vous recherchez une actualité
Actualités

PARKINSON: Vers un test de diagnostic sur la glande salivaire

Actualité publiée il y a 6 années 8 mois 1 jour
American Academy of Neurology

Un test de la glande salivaire pour diagnostiquer la maladie de Parkinson, c’est la promesse de cette étude de la Mayo Clinic qui doit être présentée en mars à la Réunion annuelle de l’American Academy of Neurology de San Diego. Alors que 30% des diagnostics sont posés à tort, cette nouvelle procédure apporte une précision précieuse en amont du traitement ou pour les essais cliniques portant sur de nouveaux traitements.

La maladie de Parkinson est un trouble progressif du système nerveux qui affecte le mouvement. La maladie débute généralement par un léger tremblement mais peut entraîner aussi une rigidité ou un ralentissement du mouvement. Son diagnostic repose aujourd'hui sur l'étude des antécédents médicaux, des symptômes, d'un examen neurologique et physique, et par exclusion d'autres conditions. Ainsi, jusqu'à 30% des patients peuvent être diagnostiqués à tort.


L'étude suggère de tester une partie de la glande salivaire pour diagnostiquer la maladie. Alors qu'il n'existe actuellement aucun test de diagnostic pour la maladie de Parkinson mais que des études précédentes ont déjà montré à partir d'autopsies de patients atteints de Parkinson la présence de protéines anormales associées à la maladie dans les glandes salivaires sous-maxillaires, l'étude montre la possibilité de tirer parti de ces données mais sur le patient vivant.

La preuve de concept : Le Pr Charles Adler, neurologue de la clinique Mayo (Arizona) et son équipe ont mené cette étude auprès de 15 patients, âgés en moyenne de 68 ans, atteints de Parkinson depuis environ 12 ans, par biopsies de la glande sous-maxillaire et des glandes salivaires mineures situées dans la cavité orale. Les tissus biopsiés ont été testés pour ces protéines spécifiques à la maladie de Parkinson qui ont bien été détectées chez 9 des 11 patients. Cependant, le taux de résultats positifs dans les biopsies des glandes salivaires mineures apparaît beaucoup plus faible que dans les biopsies de la glande maxillaire.

La procédure devrait permettre de réaliser un diagnostic beaucoup plus précis de la maladie de Parkinson mais aussi affiner les essais cliniques pour lesquels on pourra s'assurer que les patients sont bien atteints de la maladie de Parkinson. Pour le traitement aussi, en amont de l'exécution de procédures invasives telles que la stimulation cérébrale profonde (Vidéo ci-contre) ou la thérapie génique.

Source: American Academy of Neurology via Eurekalert (AAAS) Saliva gland test for Parkinson's shows promise, study finds

Accéder aux dernières actualités sur Parkinson

Autres actualités sur le même thème