Vous recherchez une actualité
Actualités

PRÉMATURITÉ: La nécessité d'un suivi cognitif et éducatif spécifique

Actualité publiée il y a 6 années 5 mois 2 semaines
PLoS ONE

La prématurité est associée à un risque accru de déficits neurocognitifs et affecte la capacité à résoudre des tâches cognitives complexes. C’est ce que confirme ici cette équipe internationale en identifiant, à l’âge de 8 ans, une association significative entre des déficits de performance des enfants nés prématurément et la complexité de la tâche : plus la charge de travail est élevée et la durée de la grossesse est courte, plus importants sont les déficits de performance cognitive. Ces résultats, publiés dans la revue PLoS ONE, ont des conséquences certaines pour la scolarité de ces enfants et devraient en avoir pour sa planification.

Ces psychologues de la Ruhr-Universität et de l'Université de Warwick ont étudié la relation entre la durée de la grossesse et les capacités cognitives sous une charge de travail donnée. Le Dr Julia Jäkel de la Ruhr-Universität indique, en synthèse, que les insuffisances cognitives des enfants augmentent de façon spectaculaire avec l'augmentation de la charge de travail et la diminution de la durée de la grossesse. Ce qui implique de réelles exigences pour le système éducatif, en ce qui concerne les enfants prématurés.


Plus de 10% des bébés naissent prématurément dans le monde, ce qui représente 15 millions de nouveaux prématurés chaque année. Cette incidence est en hausse avec les progrès de la médecine néonatale. De nombreuses études ont déjà démontré que la prématurité est un facteur de troubles du développement du cerveau. Si un bébé sur 2 nait avant la 39e semaine de grossesse, même cette faible augmentation du risque de troubles cognitifs aura des effets importants à l'échelle de la population. C'est donc une augmentation tout aussi importante qui est à prendre en compte de nouveaux besoins éducatifs. Et, s'il subsiste des incertitudes sur la nature et les causes des difficultés d'apprentissage chez ces enfants, cette nouvelle étude et modélisation des performances cognitives en fonction de la charge de travail cognitive et l'âge gestationnel fournit un cadre à l'évaluation de ces nouvelles exigences.

Charge de travail élevée et courte durée de grossesse entraînent des déficits de performance cognitive : L'équipe a évalué 1.326 enfants, nés entre 23 et 41 semaines de grossesse, à l'âge de 8 ans participant à une cohorte, la Bavarian Longitudinal Study. Les enfants ont participé à une série de tests cognitifs avec une charge de travail cognitif variable. A titre d'exemple, une charge élevée correspondait à l'intégration simultanée de différentes sources d'information donc à une sollicitation importante de la mémoire de travail. Les résultats sont clairs, plus la charge de travail est élevée et la durée de la grossesse est courte, plus importants sont les déficits de performance cognitive. Ces déficits apparaissent extrêmement élevés chez les enfants nés avant la 34e semaine de grossesse par rapport aux enfants nés après la semaine 33. Être né prématuré affecte spécifiquement la capacité à résoudre des tâches à « lourde charge de travail cognitif ».

La planification du parcours scolaire est évidemment impactée pour ces enfants, concluent les chercheurs qui suggèrent un recours plus important aux outils informatiques pour améliorer la capacité de la mémoire de travail. Enfin, les informations devraient être délivrées plus lentement et successivement à ces enfants de manière à parvenir à la même réussite scolaire.

Source: PLoS ONE May 24, 2013 doi:10.1371/journal.pone.0065219 Effects of Gestational Age at Birth on Cognitive Performance: A Function of Cognitive Workload Demands

Lire aussi : PRÉMATURITÉ: Les pédiatres alertent sur la nécessité d'un suivi spécifique -

Accéder aux dernières actualités sur la Prématurité

Autres actualités sur le même thème