Vous recherchez une actualité
Actualités

PSYCHO: Le bonheur évolue-t-il avec le nombre d'enfants ?

Actualité publiée il y a 5 années 9 mois 1 semaine
Demography

C’est la question que s’est posée cette équipe internationale de chercheurs : Comprendre comment le fait d’avoir des enfants influe sur le bien-être subjectif ou le bonheur des parents. La première conclusion qui s’impose, d’ailleurs, est qu’avoir des enfants augmente le bonheur. Cependant, l’augmentation associée à une première naissance est la plupart du temps de court terme. La seconde conclusion est que si le premier enfant augmente le bonheur des parents, le deuxième moins, et le troisième peut parfois le…diminuer. Bref, des modèles fortement impactés aussi par différents facteurs sociodémographiques. Des données passionnantes, présentées dans la revue Demography, qui contribuent aussi à expliquer les nouveaux comportements en matière de fertilité.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les chercheurs de la London School of Economics, de l'University of Western Ontario et de Pennsylvanie, et du Max Planck Institute for Demographic nous expliquent que ce type de recherches est limité ou rendu complexe par le fait que de nombreux autres facteurs sociodémographiques qui évoluent au cours du temps vont influer sur l'évolution du bien-être ou du bonheur des parents. Ils se basent ici sur de grands ensembles de données longitudinales britanniques et allemandes.


Quelques trajectoires « de principe » : Globalement, l'analyse aboutit à plusieurs constatations, en forme de « trajectoires » :

· le bonheur augmente dans les années autour de la naissance d'un premier enfant (Courbe ci-contre), puis rediminue au niveau de départ, avant la naissance de l'enfant. Cette conclusion contredit ainsi l'idée les parents sont plus ou moins malheureux que les personnes sans enfant.

· le bonheur commence à augmenter avant la naissance, ce qui suggère que ce bien-être est lié non seulement à la naissance elle-même, mais aussi au dessein de concevoir, et probablement à l'union qui sous-tend ce désir et/ou projet de conception.

· Enfin, globalement, le niveau de bonheur augmente ainsi pour les 2 premières naissances, mais ce n'est plus le cas pour le troisième enfant (Voir courbe ci-contre).

Certains facteurs sociodémographiques vont modifier fortement ces tendances.

· Le sexe : Comparativement aux hommes, les femmes « gagnent plus » en bonheur durant leur grossesse et juste après la naissance. Mais elles accusent aussi de plus fortes baisses de bien-être que les hommes entre l'année de la naissance et l'année d'après. Mais, à long terme, il n'y a pas de différences entre les niveaux des hommes et des femmes.

· L'âge plus avancé des parents par exemple est associé à un niveau de bonheur particulièrement élevé, dans le cas des 2 premières naissances. Ces résultats, obtenus de manière similaire à partir des données britanniques et allemandes, confirment qu'avoir 2 enfants rend extrêmement heureux ceux qui ont reporté la procréation ;

· Des ressources économiques plus élevées sont associées à un bonheur plus marqué et plus durable à la première naissance ;

· Des parents plus jeunes ou moins instruits connaîtront un bonheur moins marqué, toujours à la première naissance ;

« Un modèle compatible avec le comportement en matière de fécondité caractérisé par une fertilité faible et tardive », écrivent les auteurs.

En conclusion, ces résultats confirment que pour la population dans son ensemble, le bonheur, après la naissance d'un enfant, finit par retrouver son niveau initial, avant la naissance. Cependant, ils révèlent des variations importantes dans les effets à court et à long terme de la (ou des) naissance(s) sur le bien-être des parents, selon les autres facteurs sociodémographiques et le nombre total d'enfants.

Sources: Demography October 2014 DOI: 10.1007/s13524-014-0321-x Happiness: Before and After the Kids (Visuel© drubig-photo - Fotolia.com)

Max-Planck-Institut Happiness: Before and After the Kids

London School of Economics Does having children make us any happier?

Plus d'articles sur la Parentalité, la Fécondité

Autres actualités sur le même thème