Vous recherchez une actualité
Actualités

SEDENTARITÉ: Trop longtemps assise ? Vos fesses risquent gros

Actualité publiée il y a 8 années 8 mois 1 semaine
American Journal of Physiology – Cell Physiology
Les cellules graisseuses ou adipocytes, produisent plus de graisse lorsqu'elles sont placées sous contrainte mécanique

Au départ, ce n’est pas un argument supplémentaire pour nous encourager à la pratique de l’exercice physique, mais une expérience de laboratoire. Cette étude en physiologie révèle que les cellules graisseuses ou cellules adipeuses, appelées encore adipocytes, produisent plus de graisse lorsqu'elles sont placées sous contrainte mécanique. Ces conclusions publiées dans l’édition d’octobre d’une revue tout à fait scientifique, l’American Journal of Physiology – Cell Physiology, suggèrent donc qu’assis, en imposant aux adipocytes de notre derrière, une pression mécanique similaire, nous risquons …50% de graisse disgracieuse en plus. Finalement, une autre bonne raison de bouger.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Cette étude a porté en effet sur des cellules graisseuses de souris et les contraintes mécaniques imposées à ces cellules imitaient le stress supporté par notre tissu adipeux lorsque nous sommes assis ou encore allongés. Evidemment, la généralisation de ces résultats à notre sédentarité humaine mérite réflexion (et des études complémentaires) ! Mais, dans cette attente, ceux d'entre nous qui sont préoccupés par la rondeur de leurs fesses, peuvent toujours adopter un régime alimentaire équilibré et faire un peu de sport.

L'expérience : Ces chercheurs de l'Université de Tel-Aviv voulaient déterminer, en laboratoire, si la formation de cellules adipeuses - appelées adipocytes - est influencée par le poids ou la pression qui pèse sur ces cellules, qu'ils appellent "sollicitation ou contraintes mécaniques ». Il a déjà été prouvé que d'autres types de cellules sont sensibles à ces contraintes mécaniques, comme, par exemple, les cellules osseuses ou ostéoblastes qui produisent de l'os minéralisé sous stimulation mécanique. Les chercheurs ont donc prélevé ce type de cellules sur des souris et les ont cultivées en laboratoire. Ils sont partis d'adipocytes précurseurs, appelé préadipocytes, les ont cultivés sur une surface élastique, y ont ajouté de l'insuline, en présence de glucose pour stimuler ces cellules à former des cellules adipeuses, tout en étirant la surface élastique. Cet étirement imite la pression du poids supportée par nos cellules, en position assise ou couchée. Les scientifiques ont ensuite surveillé la production de graisse des cellules, tous les 2-3 jours et durant 3 à 4 semaines et l'ont comparée cela à la production de graisse des même cellules, mais sans pression mécanique.

 

Il s'avère qu'à maturité, les adipocytes « sous pression » avaient produit jusqu'à 50% plus de graisse de plus, ce que les chercheurs expliquent par une production de graisse à un rythme plus rapide lorsque sous pression. Ils suggèrent ainsi que la pression que nous imposons à nos adipocytes en position assise ou couchée, favorise une masse graisseuse (qui dans le même temps n'est pas brûlée par une dépense énergétique).

 

Source: American Journal of Physiology – Cell Physiology October 2011, doi: 10.​1152/​ajpcell.​00167.​2011 Static Mechanical Stretching Accelerates Lipid Production in 3T3-L1 Adipocytes by Activating the MEK Signaling Pathway (Visuel © Monkey Business - Fotolia.com)

 

Lire aussi: OBÉSITÉ, DIABÈTE: Ce neuropeptide Y pourrait limiter le stockage des graisses

 

SÉDENTARITÉ: Trop de temps passé assis, un vrai drame sanitaire

 

SÉDENTARITÉ: Rester trop longtemps assis finira par vous tuer -

 

Autres actualités sur le même thème