Vous recherchez une actualité
Actualités

SYNDROME de LYNCH: La structure atomique d'une protéine révèle sa gravité

Actualité publiée il y a 5 années 9 mois 2 semaines
Nature Structural & Molecular Biology

Cette équipe de recherche française est parvenue à décrypter, par cristallographie aux rayons X, la structure atomique d’une protéine, MLH1, l’une des principales impliquées dans le syndrome de Lynch, caractérisé par une prédisposition génétique au cancer colorectal. Ces travaux publiés dans l’édition du 24 février de la revue Nature Structural & Molecular Biology vont permettre de mieux comprendre les processus génétiques à l’origine de la maladie, de faciliter son diagnostic précoce et de cibler les traitements en fonction des variantes de cette anomalie.

Le syndrome de Lynch est une affection génétique, héréditaire, caractérisée par un risque élevé de développer un cancer colorectal, de l'endomètre, et d'autres cancers à un âge précoce. Le syndrome de Lynch est causé par des mutations dans les gènes MLH1, MSH2 et MSH6, impliqués dans la réparation de l'ADN des cellules.


Les chercheurs du CEA, du CNRS et de l'Université Paris-Sud ont visé la protéine correspondant à MLH1, une des protéines centrales impliquées dans une voie de réparation de l'ADN et dont les mutations sont impliquées dans le développement du Syndrome. C'est un travail long de 12 années qui a permis aux chercheurs d'obtenir la structure atomique de la protéine, par cristallographie aux rayons X.

Bientôt, une aide au diagnostic :

· En termes de niveau de gravité : L'image à l'échelle atomique de la protéine MLH1 (en vert clair et foncé) permet de positionner les mutations identifiées sur un panel de patients et de proposer un classement des mutations : de haute gravité (en rouge), de gravité moyenne (en cyan) ou gravité difficile à prédire d'après l'image (en gris).

· En termes d'impact de chaque mutation : Alors que pas moins de 70 mutations de MLH1 ont été observées chez un panel de patients, ces résultats vont permettre de préciser l'impact de chaque mutation sur la voie de réparation des mésappariements de l'ADN.

Personnaliser la prise en charge des patients porteurs: L'image des mutations, en combinaison avec les autres facteurs permettra de classer les mutations pourra être classé en 3 niveaux (haute gravité, gravité moyenne, Ne se prononce pas) permettant ensuite après séquençage du génome des personnes à risques de disposer d'un outil d'aide à la décision d'une prise en charge préventive du cancer colorectal.

Autres actualités sur le même thème

Pages