Vous recherchez une actualité
Actualités

AGNOSIE: Nos orteils marquent les limites de notre cerveau

Actualité publiée il y a 4 années 1 mois 2 semaines
Perception

Les yeux fermés, beaucoup d’entre nous ne saurons pas identifier l’orteil touché par une autre personne. Cette étude de l’Université d'Oxford, illustre avec cette expérience, la confusion avec laquelle notre cerveau « voit » notre corps. Elle suggère aussi un test de détection de l’agnosie, c’est-à-dire d'une incapacité, plus sévère, à reconnaître certains stimuli. Un nouvel éclairage sur les perceptions erronées de notre corps, comme dans l'anorexie, par exemple. A paraître dans la revue...Perception.


Dans cette expérience, les participants devaient fermer les yeux alors que les chercheurs « testeurs » poussaient doucement l'un de leurs orteils et leur demandaient d'identifier lequel.

La plupart des participants, même en bonne santé, sont dans l'incapacité de faire toujours correctement la distinction entre les orteils.

· si la même expérience est effectuée avec les doigts, le taux de reconnaissance du doigt manipulé atteint 99%,

· ce taux tombe à 94% pour le grand et le petit orteil,

· et respectivement à 57, 60 et 79% pour les orteils du milieu.

· La capacité des participants à identifier correctement leurs orteils est variable, mais tous commettent des erreurs.

· Un taux d'erreur important est associé à l'agnosie ou à une tendance claire à l'agnosie.

· Le taux d'erreur est plus important sur le pied non dominant.

· Enfin, un peu moins de la moitié des participants déclarent avoir la sensation qu'il leur manque un orteil (?)

Bref, la différence clé dans la distinction des orteils du milieu, entre les participants, pourrait, selon les chercheurs, donner lieu à des applications de détection de dommages au cerveau. Certaines erreurs sont jugées comme « normales », et illustrent finalement une limite des capacités de perception du cerveau. Mais d'autres erreurs sont plus rares et semblent associées à des conditions entrainant une agnosie ou à des perceptions erronées du corps, comme c'est le cas dans l'anorexie.

Autres actualités sur le même thème