Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER de l'OVAIRE: Risque accru de 40% avec le traitement hormonal substitutif

Actualité publiée il y a 5 années 4 mois 3 semaines
The Lancet

Des effets indésirables du traitement hormonal substitutif (THS), qui contribue à restaurer les niveaux d'hormones féminines œstrogènes à la ménopause, ont déjà été documentés, en particulier sur le risque de cancer du sein. Cette nouvelle méta-analyse, présentée dans le Lancet identifie un risque accru de 40% des 2 types de cancer de l'ovaire les plus fréquents, chez les femmes ayant pris un THS durant quelques années seulement.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Le traitement hormonal substitutif (THS) est-il facteur de risque de cancers féminins ? Sur le cancer du sein, les données restent contradictoires, même si en 2012, une grande méta-analyse de 3 larges études, publiée dans le Journal of Family Planning and Reproductive Health Care « disculpe » le THS sur le risque de cancer du sein. Sur le risque de cancer de l'ovaire, cette méta-analyse de 52 études épidémiologiques, impliquant au total 21.488 femmes atteintes du cancer de l'ovaire, conclut à un risque accru de 40% chez les femmes ayant pris un THS, durant 5 ans.


L'auteur principal, le Pr Sir Richard Peto l'Université d'Oxford, auteur principal de l'étude, estime ce risque à 1 diagnostic de cancer de l'ovaire pour 1.000 femmes et 1 décès par cancer de l'ovaire pour 1.000 femmes ayant pris un THS à la cinquantaine, durant environ 5 ans. Un risque qui peut paraître faible dans l'absolu, mais à prendre en compte alors qu'encore près de 6 millions de femmes reçoivent encore un THS au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, estime l'auteur. De plus le risque de ce cancer n'est pas formellement pris en compte dans les recommandations de prescription des THS.

Un niveau de preuve élevé : Les conclusions issues d'une étude collaborative impliquant plus de 100 chercheurs du monde entier, qui ont analysé les données relatives à chaque participante à partir de 52 études apporte un niveau de preuve élevé de l'augmentation significative du risque de cancer de l'ovaire, à la fois chez les utilisatrices actuelles ou récentes c'est-à-dire qui ont pris un THS sur ces 5 dernières années. Cependant, le risque semble disparaître progressivement avec l'arrêt du traitement.

Enfin, l'augmentation du risque est constatée pour 2 types d cancer de l'ovaire, (cancers de l'ovaire séreux et endométrioïde).

Des données à fortes implications donc, et à prendre en compte dans les indications de prescription.

Source: The Lancet Feb 2015 10.1016/S0140-6736(14)61687-1 Menopausal hormone use and ovarian cancer risk: individual participant meta-analysis of 52 epidemiological studies

Lire aussi : THS et CANCER du SEIN: Le traitement hormonal substitutif disculpé? –

MENOPAUSE et THS : Doublement du RISQUE de maladie cardiaque -

Autres actualités sur le même thème