Vous recherchez une actualité
Actualités

CHANGEMENT CLIMATIQUE: La mortalité liée à l'ozone augmentera en Europe

Actualité publiée il y a 9 années 4 mois 1 jour
European Respiratory Society

La France, l’Espagne, le Portugal et la Belgique pourraient voir la plus forte augmentation des décès liés au changement climatique, ces 50 prochaines années. Ce sont les conclusions de ces scientifiques qui, le 27 septembre, au Congrès annuel de l’European Respiratory Society d’Amsterdam avertissent: Les taux de décès liés à la couche d’ozone devraient augmenter fortement dans plusieurs pays européens ces prochaines décennies.

Cette recherche fait partie du projet Climate-TRAP qui évalue les impacts sur la santé du changement climatique. L'objectif de ce programme est de préparer le secteur européen de la santé à affronter les nouveaux besoins de santé publique liés au changement climatique. Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le changement climatique, a, depuis les années 1970, causé plus de 140.000 décès en plus, chaque année. En plus de son impact sur la qualité de l'air, l'eau potable et les cultures, de nombreuses maladies mortelles comme le paludisme ou les diarrhées sont particulièrement sensibles au changement climatique.


Les scientifiques ont réalisé des projections à partir de deux scénarios d'émissions de gaz à effet de serre, A2 et A1B, et deux modèles climatiques mondiaux, ECHAM4 et Hadley, pour simuler la manière dont les niveaux d'ozone sont affectés par le changement climatique et évaluer les impacts sanitaires du changement climatique. Ils ont comparé quatre périodes: période de référence (1961), la situation actuelle (1990); l'avenir très proche (2012), et plus lointain (2041).

Les résultats révèlent que depuis 1961, la Belgique, l'Irlande, les Pays-Bas et le Royaume-Uni ont subi l'impact le plus élevé en termes de décès liés à la couche d'ozone et dus au changement climatique. Les conclusions prévoient que la plus forte augmentation au cours des 50 prochaines années est susceptible d'être constatée en Belgique, en France, en Espagne et au Portugal et pourrait à atteindre entre 10 et 14%. En revanche, les pays nordiques et baltes pourraient voir une baisse sur la même période.

Le Dr Hans Orru, expert de la pollution atmosphérique de l'Université d'Umea et de l'Université de Tartu en Estonie, explique: «L'ozone est un polluant très oxydant, facteur d'hospitalisations et de décès. La prévalence des troubles respiratoires avec la formation d'ozone troposphérique est à la hausse ». Le Professeur Marc Decramer, président de l'ERS, alerte: « La pollution de l'air extérieur est la plus grande menace environnementale en Europe si nous n'agissons pas pour réduire les niveaux d'ozone et d'autres polluants. Nous verrons une augmentation des hospitalisations, de la consommation de médicaments et des millions de jours de travail perdus ».

Dans le cadre de la Feuille de route européenne en pneumologie, qui a été lancée le mois dernier, l'ERS appelle donc à une approche collaborative entre professionnels de santé et décideurs politiques, afin de protéger les populations vulnérables contre les effets nocifs des polluants atmosphériques."

Autres actualités sur le même thème