Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉPRESSION: Dans 1 cas sur 3, elle remonte à l'intimidation à l'enfance

Actualité publiée il y a 4 années 9 mois 1 semaine
BMJ

Alors que de nombreuses études ont déjà souligné les conséquences à très long terme de l’intimidation, par les pairs, sur la santé mentale à l’âge adulte, cette étude de l'Université d'Oxford appelle à nouveau à mieux prévenir l’intimidation à l'école. Ses conclusions, présentées dans le British Medical Journal suggèrent en effet, qu’un cas sur 3 de dépression serait associé à ce type d’expérience négative à l’enfance.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

La dépression est un problème majeur de santé publique, rappellent les auteurs, avec aussi, ses conséquences économiques et sociales. De récentes études ont déjà suggéré le lien entre l'intimidation à l'école et dépression à l'âge adulte, montrant même que l'intimidation entraîne des effets plus sévères même que la maltraitance familiale, sur la santé mentale du jeune adulte plus tard dans la vie : Le risque de troubles anxieux est en effet 5 fois plus élevé et celui de dépression et d'automutilation s'avère multiplié par 2. Ici, l'équipe d'Oxford précise le poids de l'intimidation dans l'incidence de la dépression.


L'équipe a mené l'une des plus grandes études sur l'association entre l'intimidation par les pairs à l'âge de 13 ans et la dépression à l'âge de 18 ans, via l'analyse des données de 3.898 jeunes participant à la cohorte Avon Longitudinal Study of Parents and Children (ALSPAC). Les participants ont renseigné par questionnaire à 13 ans leurs éventuelles expériences d'intimidation et à 18 ans, ont été évalués pour la dépression. L'analyse montre que,

- Parmi les 683 adolescents qui ont déclaré avoir été victimes d'intimidation fréquente plus d'une fois par semaine à 13 ans, 14,8% sont diagnostiqués avec dépression à 18 ans.

- Parmi les 1.446 adolescents qui ont déclaré avoir été victimes d'intimidation 1 à 3 fois sur une période de 6 mois à 13 ans, 7,1% sont diagnostiqués avec dépression à 18 ans.

- Seuls 5,5% des adolescents qui n'ont pas été victimes d'intimidation sont diagnostiqués avec dépression à 18 ans.

- 10,1% des adolescents fréquemment victimes d'intimidation souffrent de dépression pendant plus de 2 ans, vs 4,1% en l'absence d'intimidation.

  • Et, globalement, quad les chercheurs prennent en compte l'ensemble des facteurs de confusion possibles, le risque de dépression reste multiplié par 2 en cas d'intimidation durant l'enfance. Une association constatée à l'identique pour les deux sexes.

Quel type d'intimidation ? Le type le plus fréquent sont les injures (36%), mais 23% se sont vus voler leurs biens personnels. 41% des jeunes intimidés n'en n'ont pas parlé à leurs parents. Enfin, les auteurs estiment que l'intimidation pèse pour 30% des cas de dépression plus tard dans la vie. Ils appellent à nouveau à lutter, par des interventions en milieu scolaire, contre cette contribution majeure à la charge globale de la dépression.

Source: BMJ 2015;350:h2469 02 June 2015 Peer victimisation during adolescence and its impact on depression in early adulthood: prospective cohort study in the United Kingdom

Lire aussi:

SANTÉ MENTALE de l'Enfant: L'intimidation pire encore que la maltraitance

ENFANCE: Intimidation et victimisation font le lit de la dépression

DÉVELOPPEMENT: Les enfants victimes d'intimidation le restent pour très longtemps

DÉVELOPPEMENT: L'intimidation, une ombre qui vous poursuit toute la vie -

Autres actualités sur le même thème