Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉVELOPPEMENT: Des enfants plus autonomes font des enfants plus intelligents

Actualité publiée il y a 4 années 9 mois 2 jours
UdeM

Cette étude de l'Université de Montréal appelle, principalement les mères, à soutenir avec constance le développement de l’autonomie de leurs enfants. Ses conclusions confirment en effet que plus d’autonomie est associé à des habiletés cognitives supérieures, essentielles au bon fonctionnement social, psychologique et cognitif de l'Enfant. L'étude met également an avant l'importance, pour le développement de l'enfant, d'une stabilité du soutien des parents, au fil du temps.

Si de nombreuses études ont établi l'importance du soutien maternel à l'autonomie, peu se sont intéressées à la stabilité de ce soutien tout au long du développement de l'enfant. «Nous démontrons que les fonctions exécutives de l'enfant sont associées au degré de soutien à l'autonomie que la mère manifeste en sa présence durant les premières années de vie », explique l'auteur principal, Célia Matte-Gagné, chargée de cours au Département de psychologie de l'UdeM.

 

 

Qu'est-ce que le soutien à l'autonomie ? C'est le comportement par lequel les parents encouragent et aident l'enfant à résoudre par lui-même les problèmes qu'il rencontre, mais avec empathie vis-à-vis de l'enfant bien sûr. Ici, il a été évalué chez 78 mères participant à l'étude avec leur enfant. Les mères participantes ont été filmées à domicile, en train d'aider leur enfant à réaliser des tâches trop difficiles pour lui, à 2 reprises. Aux âges de 15 mois et 3 ans. Les chercheurs ont ensuite visionné ces vidéos pour évaluer ce soutien maternel à l'autonomie. Les chercheurs ont pris e compte les encouragements, les félicitations, l'aide à la décision, l'empathie, et le niveau de contrôle (minimum).

 

 

Les fonctions exécutives des enfants de 3 ans ont ensuite été évaluées.

 

L'analyse constate que,

 

· les enfants qui ont obtenu les meilleurs scores sont ceux dont les mères ont maintenu durablement un degré élevé de soutien à l'autonomie à l'inverse,

 

· les enfants faiblement soutenus obtiennent les scores les plus bas,

 

· la stabilité du soutien au fil du temps s'avère également un paramètre clé : Ainsi, les différences les plus nettes sont constatées entre les enfants ayant un soutien constamment élevé et ceux ayant un soutien constamment faible.

 

 

« Notre étude soulève la possibilité que le développement des fonctions exécutives de l'enfant nécessite un soutien parental de haute qualité et constant/stable à travers le temps », conclut l'auteur. Des résultats qui encouragent les parents mais aussi les professionnels de l'enfance à soutenir cette démarche d'autonomie chez le petit enfant mais appellent également à une stabilité du comportement parental. Enfin, une contribution intéressante au débat: Faut-il favoriser l'autonomie ou l'interdépendance chez l'Enfant?

 

 

Autres actualités sur le même thème