Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉVELOPPEMENT: Le langage et l'oral préfigurent l'apprentissage de l'écrit

Actualité publiée il y a 5 années 10 mois 1 semaine
UdeM

De futures difficultés d'écriture peuvent être identifiées chez l’enfant, avant même le début de cet apprentissage de l'écrit, suggère cette étude de l’Université de Montréal. Le langage ou l’oral est donc un bon facteur prédictif de l’écrit, un peu plus tard dans la vie. Des implications certaines pour détecter de manière précoce chez l’enfant, le risque d’échec de cet apprentissage de l’écriture et de l’écrit.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

«Plus les enfants sont capables d'utiliser différents temps du verbe dans la langue parlée, plus ils s'expriment facilement, plus leur apprentissage de l'écrit sera rapide », résume le professeur Phaedra Royle de l'Université de l'École d'orthophonie et d'audiologie de Montréal. Dans le même sens, l'auteur contredit également la théorie que le bilinguisme à un âge précoce puisse être préjudiciable à l'apprentissage de l'oral comme de l'écrit et partage ainsi les conclusions d'une précédente étude du CNRS.


Langage et apprentissage de la grammaire et de l'orthographe : Son équipe a regardé l'association entre la pratique de la langue orale et ​​l'apprentissage de la grammaire et de l'orthographe chez 71 enfants âgés de 6 à 9 ans. La capacité à s'exprimer à l'oral comprenait, entres autres capacités, celle de savoir conjuguer les verbes, utiliser des adjectifs, adverbes et autres éléments grammaticaux. Parmi ces enfants, 38 étaient de langue française et 33 étaient multilingues, avec le français en seconde ou 3è langue. Tous les enfants, qui fréquentaient une école française, ont été évalués en première année, sur leur capacité orale puis sur la conjugaison des verbes, puis, à la fin de la deuxième année, sur leurs compétences à l'écrit (grammaire et orthographe), testées par un test grammatical et une dictée. L'analyse constate que,

· les compétences orales, un an plus tôt, sont prédictives, de la qualité de l'écrit un an plus tard,

· la conscience de la syntaxe, de la sémantique et a minima des morphèmes (unités linguistiques) de la langue parlée est associée aux capacités futures en grammaire et en orthographe, à l'écrit.

· En termes de langue écrite, les deux groupes, unilingues et bilingues, ne présentent pas de différences significatives.

En conclusion, il existe un lien clair entre des compétences morphosyntaxiques orales et écrites pour les deux groupes d'enfants. L'évaluation des capacités morphosyntaxiques de l'enfant peut permettre d'identifier, dès le début de l'école, les futures difficultés « à l'écrit ». Les auteurs rappellent que les bébés sont sensibles aux sons de la parole à un âge précoce, et même in utero. « Ils peuvent même reconnaître terminaisons des verbes à 11 mois ». Leur étude apporte un nouvel élément, cette acquisition de la structure morphologique de la langue orale et son caractère prédictif pour la langue écrite. Des résultats qui ont des implications significatives en matière d'éducation et d'intervention pour les enfants ayant des troubles du langage et vont permettre d'élaborer des approches pédagogiques précoces pour éviter, chez ces enfants, l'échec de cet apprentissage de l'écriture et de l'écrit.

Source: International Conference on the Acquisition of Romance Languages in Palma Kids' oral language skills can predict future writing difficulties (Visuel © contrastwerkstatt - Fotolia.com)

Plus d'études sur le Développement de l'Enfant

Lire aussi : LANGAGE: A 7 mois, les bébés bilingues connaissent leur grammaire

Autres actualités sur le même thème