Vous recherchez une actualité
Actualités

DIABÈTE de type 1: Le microbiome intestinal impliqué dans la réaction auto-immune

Actualité publiée il y a 5 années 10 mois 1 semaine
Diabetes

L’existence d’interactions, chez les enfants atteints de diabète (de type 1), entre leur microbiote intestinal et certains anticorps typiques du diabète et des années avant même que ces anticorps soient détectables dans le sang, apporte, avec cette étude, la preuve de l’implication du microbiome ou ADN microbien, dans le développement de réactions auto-immunes, comme dans le diabète de type 1. Ces conclusions, publiées dans la revue Diabetes, mettent en cause, comme pour le diabète de type 2, des facteurs épigénétiques.

Ces scientifiques de l'Institut Helmholtz de Munich, ont comparé, dans le cadre d'une étude nommée babydiet, la composition et l'interaction du microbiote intestinal chez des enfants développant des auto-anticorps spécifiques au diabète avec les mêmes données chez des enfants en bonne santé.


Des bactéries similaires mais des interactions différentes : Si la diversité et le nombre de bactéries présentes dans la flore intestinale apparaissent similaires chez les 2 groupes d'enfants, les types d'interactions bactériennes dans l'intestin varient considérablement d'un groupe à l'autre, et des années avant que certains des enfants développent une réaction auto-immune typique du diabète.

Or l'information génétique contenue dans le microbiome du microbiote influence l'organisme hôte, comme l'ont déjà démontré de précédentes études, et, en particulier dans la pathogenèse des maladies métaboliques telles que le diabète. Non seulement la composition microbienne, mais aussi la manière dont le microbiote interagit à l'intérieur de l'hôte peuvent affecter le système immunitaire.

Le microbiome influencé par des facteurs épigénétiques ? très probablement, expliquent les auteurs, « l'alimentation, l'hygiène ou encore le mode d'accouchement peut influencer à la fois la composition de la flore intestinale et la façon dont ses bactéries interagissent ». Identifier les facteurs les plus puissants sur le microbiome permettrait de développer de nouvelles approches pour prévenir les maladies auto-immunes comme le diabète de type 1 ».

Source: Diabetes March 7, 2014, doi:10.2337/db13-1676 1939-327X Compromised gut microbiota networks in children with anti-islet cell autoimmunity, Diabetes (Visuel© Jane Hurd/National Geographic Stock)

Pour en savoir plus sur le Diabète de type 1, le Microbiote intestinal, le Microbiome

Lire aussi : MICROBIOME: Son rôle sur la santé et l'obésité décrypté

Autres actualités sur le même thème