Vous recherchez une actualité
Actualités

DIABÈTE de type 1: Le microbiote a un rôle protecteur à jouer

Actualité publiée il y a 4 années 2 mois 1 semaine
Immunity

Notre microbiote, cet ensemble de bactéries composé de dix fois plus de microbes que de cellules humaines, est impliqué dans un nombre impressionnant de pathologies. Mais il est modifiable, en particulier par l’alimentation et sa diversité est déjà considérée comme bénéfique pour la santé métabolique. Cette équipe de l'Inserm en collaboration avec des équipes suédoises et chinoises, démontre, avec cette étude, que certaines de ses bactéries peuvent nous protéger de certaines pathologies : ici du diabète de type 1. Ces travaux, menés sur la souris, viennent d’être présentés dans la revue Immunity.

Pour lutter contre les pathogènes, le système immunitaire a développé plusieurs mécanismes de détection, de défense mais aussi de destruction des micro-organismes dangereux pour l'organisme. Parmi eux, les peptides antimicrobiens, des protéines naturelles, qui détruisent les bactéries pathogènes en rompant leur membrane cellulaire. Ils sont non seulement produits par les cellules immunitaires, mais également par des cellules dont les fonctions ne sont pas liées à l'immunité.


L'équipe a travaillé sur une catégorie de peptides antimicrobiens : les cathélicidines (CRAMP). Ces protéines naturelles, non seulement détruisent les bactéries pathogènes dangereuses pour l'organisme mais ont montré dans plusieurs maladies auto-immunes, des capacités de régulation du système immunitaire. Les scientifiques ont donc étudié le rôle possible des cathélicidines dans le contrôle du diabète de type 1 et constatent que,

· chez des souris non malades, les cellules bêta pancréatiques produisent naturellement des cathélicidines,

· que cette production est diminuée chez un modèle de souris diabétiques,

· qu'une injection de cathélicidines à des souris modèles de diabète de type 1, réduit l'inflammation au niveau du pancréas et freine le développement du diabète de type 1.

Quel rapport entre les cathélicidines et le microbiote ? Certaines bactéries de la flore intestinale produisent des acides gras à chaine courte qui vont favoriser la production de cathélicidines. Cela suggère qu'un déficit de ces bactéries pourrait contribuer au développement du diabète. Les chercheurs constatent en effet, chez les souris diabétiques un taux d'acides gras à chaine courte inférieur à celui retrouvé chez les souris saines. La transplantation de ces bactéries intestinales de souris saines aux souris diabétiques permet enfin de rétablir un niveau normal de cathélicidines et de réduire l'incidence du diabète. Ainsi, le microbiote intestinal via des acides gras à chaîne courte régit la production de CRAMP.

Pour les auteurs, « ces travaux sont une nouvelle preuve du rôle indéniable du microbiote dans les maladies auto-immunes, plus particulièrement dans le contrôle du développement du diabète» et ouvrent donc la voie à de nouvelles thérapies.

Autres actualités sur le même thème